Pays des Condruses (BE) - Comment les fermes biologiques locales nourrissent les écoliers et créent des emplois

2019

URBACT Programme

Depuis 2002, Urbact est le programme de coopération territoriale européenne visant à promouvoir un développement urbain intégré et durable dans les villes des États membres de l’Union européenne, de Norvège et de Suisse. Urbact est un instrument de la politique de cohésion, financé par le FEDER (Fonds européen de développement régional) et les États membres.

Urbact est un programme européen d’échanges et d’apprentissage entre villes dont l’objectif est de développer des solutions aux grands défis urbains. En mettant en réseau les villes européennes, en renforçant les compétences et en capitalisant sur les bonnes pratiques, il soutient les décideurs publics et les acteurs de terrain pour développer des solutions durables qui intègrent les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement urbain.

Dans le prolongement des programmes Urbact I et II, Urbact III continue de promouvoir un développement urbain intégré et durable et contribue aux objectifs de la stratégie Europe 2020.

À télécharger : urbact-citystories-paysdescondruses.pdf (880 Kio)

Le Pays des Condruses disposait déjà d’une stratégie de développement local - avec des plans incluant une alimentation scolaire de source locale, et un « Food Hub » pour les agriculteurs. Rejoindre le réseau URBACT AGRI-URBAN a permis de renforcer ces actions en faveur de l’agroalimentaire local et durable et d’une alimentation saine, tout en reliant les acteurs locaux sur le territoire comme jamais auparavant.

Dans la campagne de l’est de la Belgique, sept municipalités se sont réunies en 2009 pour former le Groupe d’action locale Pays des Condruses, financé par LEADER, une région qui prospère grâce au lait et à la viande produits par ses milliers de bovins. Le groupe d’action locale a encouragé les chaînes d’approvisionnement courtes, les produits locaux et l’innovation en matière d’agriculture durable, conformément à ses plans de développement territorial. Cette stratégie de développement économique vise simplement à créer des emplois dans un secteur qui perd des travailleurs chaque année et à créer de la productivité sur notre territoire », déclare le président du groupe d’action locale, Eric Lomba. Parallèlement, une campagne régionale pour un « système alimentaire wallon » encourageait une production et une consommation alimentaire plus intégrées et durables. C’est dans ce contexte que le Pays des Condruses a rejoint dix autres communes urbaines et rurales d’AGRI-URBAN pour repenser l’agroalimentaire. Jean-François Pecheur, directeur du Groupe d’action locale du Pays des Condruses, se souvient : « Les thèmes que nous avons déjà abordés semblaient correspondre parfaitement à ce projet européen ».

« La nourriture nous relie tous à nos villes, à notre terre et à notre avenir »

En 2016, les partenaires du réseau ont signé un manifeste sur « la politique alimentaire locale et l’emploi dans les petites et moyennes villes européennes ». Et, au cours des deux années suivantes, le Pays des Condruses a élaboré un plan d’action intégré, holistique et local pour créer des emplois, préserver le territoire et améliorer la santé.

« Le principal défi pour le Pays des Condruses était de faire en sorte que ses nombreuses initiatives, et les acteurs qui les pilotent, collaborent et amplifient leur écosystème existant, par le biais de nouveaux marchés, de nouveaux services, etc., en stimulant l’innovation », explique Miguel Sousa, expert d’AGRI-URBAN. Les résultats ont dépassé de loin ce qui était attendu (voir encadré).

Voyages de découverte

Un Groupe local URBACT se réunit tous les deux mois et met en commun les idées de 56 citoyens, agriculteurs, artisans, associations de formation et culturelles, politiciens et spécialistes du développement. Ils ont discuté des événements et de la visibilité, de la cuisine communautaire, de la monnaie locale, de l’agro-écologie et de la coordination. Certains ont rencontré leurs homologues européens, dont un cuisinier qui a visité des cuisines en Suède et en France. En fait, l’apprentissage transnational a été un point fort d’AGRI-URBAN. Södertälje (SE) a montré comment elle développait de nouveaux produits locaux avec des entreprises, comme les falafels aux pois chiches, et un certain orge pour remplacer le riz. Le Fonds d’exportation de cerises (PT) a partagé des conseils de marketing, encourageant le groupe d’action locale à mieux promouvoir son propre territoire.

Une alimentation scolaire saine et locale

L’un des partenaires, Mouans-Sartoux (FR), avait 20 ans d’expérience dans les cantines publiques et l’alimentation biologique. Le groupe d’action locale a envoyé une délégation qui a inspiré de meilleures recettes, la préparation des aliments et la gestion des déchets dans ses propres nouvelles cantines biologiques. « Grâce à AGRI-URBAN, nous avons utilisé l’expérience de nos partenaires pour améliorer notre travail et gagner du temps dans la mise en œuvre », déclare M. Pecheur. Une association « Devenirs » fournit désormais des repas de source locale, essentiellement biologiques, dans neuf écoles du Pays des Condruses. Devenirs éduque les enfants, pèse les restes, adapte les menus et réduit les déchets alimentaires de 30 à 10 %. Cinq autres écoles devraient en bénéficier d’ici 2021, l’objectif à long terme étant de fournir 1000 repas par jour, en fonction du financement. Le plan d’action intégré du Pays des Condruses comprend des programmes de professionnalisation pour répondre à la demande croissante d’aliments biologiques. Le plan d’action intégré du Pays de Condruses comprend des programmes de professionnalisation pour répondre à la demande croissante d’aliments biologiques. L’un d’entre eux est le premier « incubateur » maraîcher de la région, qui fournit des cultures, des terres, un soutien technique et des formations pour préparer les futurs producteurs indépendants.

Voyager pour des idées supplémentaires

« Nous nous sommes rendus à Mouans-Sartoux (FR) avec un élu et l’idée suivante est née : tester la distribution aux écoliers de soupe pendant la pause du matin et de fruits l’après-midi, en plus du repas chaud habituel de midi. Cela signifiait une alimentation saine et locale tout au long de la journée », explique M. Pecheur. Après une période d’essai en mai-juin 2018, l’idée a été retenue : « URBACT nous a permis de nous poser des questions au niveau local, d’améliorer notre stratégie, de relever de nouveaux défis », ajoute M. Pecheur. « Au niveau européen, il nous a permis d’ouvrir nos esprits, de découvrir des pratiques innovantes - et des opportunités comme Erasmus+. Il nous a permis de nous regarder en face et de nous dire « nous le faisons déjà, mais nous pourrions le faire mieux ».

Références