Barcelone

Jean DANIELOU, 2014

Problématique : Le numérique, solution intelligente pour redynamiser les anciennes friches industrielles ? La ville de Barcelone a réintégré l’ancien quartier industriel de Poblenou au tissu urbain en y implantant une infrastructure numérique et des clusters servant de levier de développement à ce quartier en déshérence.

La création du quartier 22@ à Barcelone est à la fois un projet de reconversion, de renouvellement urbain et de restructuration de la stratégie de développement de la ville de Barcelone autour du numérique, symbolisé par l’arobase.

Différents enjeux guident l’aménagement de Poblenou mené depuis le début des années 2000. D’une part, il s’agit pour la municipalité de réhabiliter un quartier vétuste en vue d’éviter de trop grandes disparités de niveau de vie entre les différentes parties de la ville. D’autre part, dans le cadre d’une réflexion à l’échelle de l’ensemble de l’agglomération, voire à celle de la communauté autonome catalane, le projet doit contribuer à faire de Barcelone une métropole tournée vers les secteurs porteurs de l’économie de la connaissance.

Les 200 hectares de ce quartier à proximité du centre historique de la ville sont traités comme un gigantesque terrain d’expérimentation de revitalisation urbaine à travers une politique de clusters.

Les clusters désignent la concentration en un territoire d’entreprises innovantes, concentration qui réduit le coût de transaction entre firmes grâce aux effets d’agglomération, et assure aussi bien une compétitivité renforcée par la proximité géographique entre les firmes qu’un développement territorial florissant. La chaîne de valeur intégrée territorialement par la ville de Barcelone s’est construite autour de cinq clusters ayant trait au high tech : les technologies de l’information et de la communication (TIC), les médias, les technologies médicales, l’énergie et le design. Outre l’implantation de ces activités économiques, on doit aussi prendre en compte l’intégration de filières universitaires (Pompeu Fabra University).

Fondé sur un modèle d’interactions entre les activités réunies sur ce territoire, la politique de clusters entend rassembler une masse critique d’entreprises susceptible de dégager un avantage compétitif faisant du quartier 22@Barcelone un territoire central dans l’économie de la connaissance. Des entreprises comme Yahoo Europe, Sanofi-Aventis, T-Systems se sont implantés dans ce quartier, montrant que le pari de l’attractivité d’une zone autrefois en déshérence a été tenu. L’ancien « Manchester catalan » a été doté de réseaux à haut débit, de nouveaux réseaux d’énergie et de télécommunication, d’un réseau de climatisation centralisée, et d’un réseau de collecte pneumatique des déchets. La transformation immobilière du quartier de Poblenou a coûté plus de 180 millions d’euros à la collectivité et a permis de hisser le nouveau quartier de la métropole catalane au rang d’espace compétitif et moteur dans l’économie de la connaissance.

Comme le note Montserrat Pareja à propos de la compétitivité économique du quartier 22@Barcelona: « Sur ce point, 22@Barcelona fait figure d’exemple dans le monde des villes créatives. Avec la crise qui frappe très fortement le pays et un taux de chômage flirtant avec les 25 %, les entreprises du 22@ sont pratiquement les seules de la région à créer des emplois grâce notamment à leurs grandes capacités d’exportation1 ».

La stratégie de la ville de Barcelone a été d’investir dans le numérique et le high tech, domaines identifiés à juste titre comme des leviers pertinents de développement territorial ayant permis de revitaliser et de renouveler un quartier industriel vétuste et dégradé. Si l’approche ne se veut pas systémique, car uniquement centrée sur un quartier de la ville, cet exemple montre bien qu’une politique de clusters permet de mettre en œuvre efficacement le renouvellement urbain des zones en déshérence. Plus encore, cette action d’envergure a permis de donner une plus grande cohérence territoriale à l’espace barcelonais en réintégrant un quartier autrefois dynamique et cela a permis également à la municipalité de mettre en place les équipements nécessaires au déploiement d’une économie de la connaissance désormais effective.

1 Monteserrat Pareja est économiste