L’agglomération transfrontalière de Bâle et le projet de l’Eurodistrict trinational de Bâle (ETB)

Tarification concertée des transports collectifs

Claire Lanly, 2010

Cette fiche présente l’agglomération de Bâle, métropole trinationale qui oeuvre pour un développement durable et concerté par-delà les frontières.

I- Quelques données descriptives

L’agglomération de Bâle dépasse largement les frontières du canton suisse de Bâle Ville qui comprend trois communes suisses de part et d’autre du Rhin. Elle s’étend en Allemagne vers le Nord et l’Est, sur les deux Rheinfelden allemand et suisse, ainsi qu’au Nord-Ouest, sur la communauté de communes de Saint-Louis en France, et bien sûr sur le canton de Bâle campagne en Suisse. Cette conurbation compte aujourd’hui quelques 850 000 habitants.

Quelques données descriptives quantitatives de l’agglomération et de l’aire urbaine de Bâle1

II- Caractérisation de la dynamique démographique et économique

La conurbation de Bâle, bien qu’elle se soit étendue sur le plan géographique, a connu une croissance démographique modérée : globalement le périmètre restreint, pour reprendre la terminologie en vigueur au sein de l’Eurodistrict trinational, n’a connu qu’une croissance de 2,8 % entre 1990 et 2006, avec une diminution de la population au cœur de l’agglomération, en Suisse. La dynamique démographique est plus nette côté badois, avec l’arrivée de migrants de l’ex-RDA, et côté français qui connaît en outre un excédent naturel significatif.

Malgré un vieillissement de la population suisse, celle-ci, néanmoins, compte encore les deux tiers de la population de ce territoire transfrontalier, quelle que soit l’échelle territoriale considérée. La partie française en compte moins de 10 %.

Sur le plan économique la suprématie suisse est incontestable : en 2000, on compte sur le périmètre restreint de l’ETB quelques 326 000 emplois dont 150 000 environ à Bâle même, aux trois quarts dans le secteur tertiaire. L’emploi industriel reste cependant important dans les vallées convergeant vers le Rhin, en Suisse (Müttenz, Pratteln, etc.) comme en Allemagne (Lörrach, etc.).

Le cœur de l’agglomération a progressivement abandonné les fonctions de production et s’est orienté vers des fonctions métropolitaines de contrôle, de recherche et de marketing, notamment dans le domaine des biotechnologies avec deux géants de l’industrie pharmaceutique mondiale qui font la marque de Bâle. On y trouve également des activités financières et de logistique, Bâle bénéficiant d’une position de carrefour des grands axes entre l’Europe du Nord et du Sud et d’un aéroport international à Saint-Louis, en France.

En 2000, il y avait près de 35 000 français et de l’ordre de 15 000 allemands travaillant dans la partie suisse de l’agglomération trinationale, soit environ 50 000 travailleurs frontaliers.

III- Le projet d’Eurodistrict trinational de Bâle (ETB)

Le territoire institutionnel est très morcelé dans les trois pays

La Confédération suisse, état fédéral depuis le XIXe siècle dont la particularité réside dans la capacité d’initiative populaire, comporte trois niveaux institutionnels :

  • le niveau fédéral,

  • les 26 cantons, dotés d’une constitution et assumant les trois pouvoirs, mais appliquant également les lois fédérales,

  • les communes.

Le canton de Bâle ville ne comprend que 3 communes et est loin de constituer le cœur de la partie suisse de l’agglomération : s’y ajoutent, selon les études de l’ETB, Allschvill, Binningen, Birsfelden, Bottmingen, situées dans le canton de Bâle Campagne. Au-delà, le périmètre restreint s’étend sur Bâle Campagne mais inclut également des communes du canton d’Argovie, en particulier Rheinfelden.

Du côté allemand, également état fédéral, le territoire appartient au land de Bade-Württemberg. Il n’y a pas d’organisation de coopération institutionnalisée entre les trois communes du cœur de l’agglomération (Lörrach, Weil-am-Rhein et Grenzach-Wylhen), pas plus qu’avec l’autre centre secondaire de Rheinfelden, côté badois. C’est ainsi que, probablement par cohérence institutionnelle, le périmètre de l’espace économique de l’ETB s’étend sur l’ensemble du landkreis (district) de Lörrach.

La partie française semble plus structurée sur le plan institutionnel avec la communauté de communes des Trois frontières, autour de Saint-Louis, relevant du périmètre restreint de l’ATB, et l’intégration au sein d’une démarche de pays d’un périmètre plus large s’intégrant à la dynamique de l’Eurodistrict trinational.

Les enjeux de ce territoire transfrontalier ont fait l’objet d’études au sein d’une première association de l’Agglomération trinationale de Bâle (ATB), sur l’actuel « périmètre restreint », qui a fédéré et présenté des projets financés par le programme Interreg de l’Union européenne et qui sont développés dans la présentation qui suit. L’élément fédérateur de la vie locale semble être une « région de transport » connectant les réseaux ferrés et ayant mis en place une tarification transfrontalière concertée des transports collectifs (RER et bus).

Les enjeux de la construction d’une vision commune à l’horizon 2020 ont conduit à élargir en 2007 le périmètre de coopération à « l’espace économique » de l’ETB.

IV- Objets de présentation

La présentation faite en 2006 lors de la plateforme réunie à Bâle rassemble des données sur la région de Bâle et sur la mise en place d’une coopération transfrontalière pour porter une ambition métropolitaine et préparer quelques grands projets publics communs, notamment dans le domaine des transports, accompagnant des projets d’envergure portés par les grands acteurs économiques de niveau mondial ayant leur siège à Bâle.

1 Source : Eurodistrict trinational de Bâle Un avenir à trois : stratégie de développement 2020 Tome 1