La ferme du XXIème siècle : l’éco-conscientisation au service du développement territorial

Eco-Domaine de Bouquetot (Normandie)

Thomas-André Podlewski, mars 2014

Le Labo de l’économie sociale et solidaire (Labo ESS)

L’Eco-domaine de Bouquetot rassemble plusieurs acteurs du développement local durable dans le Pays d’Auge, en Basse Normandie. C’est à l’initiative du fondateur de la Scop HYES que cette ancienne ferme augeronne, site exceptionnel préservé par la présence de sept sources, est devenue le lieu d’une coopération innovante d’entreprises. Les premiers projets s’installent en 2010 sur le site, accompagnés par des réseaux associatifs de soutien à l’initiative1.

Cinq structures se regroupent en association Eco-Domaine et Pays d’Auge (Ecopya) autour du concept novateur. Ce dernier propose un projet global et cohérent de développement d’activités économiques centrées sur la préservation de l’environnement, la synergie entre des activités complémentaires et leur dimension pédagogique : production de spiruline combinée à la méthanisation, tourisme vert, élevage de bovins en bio et jardins pédagogiques en permaculture.

Par la reprise des 70 hectares mis à disposition sous forme de bail par la communauté de communes, les acteurs du PTCE Eco-Domaine de Bouquetot ont recréé de l’activité en milieu rural en salariant une dizaine de personnes pour un chiffre d’affaires global d’environ 250 000 euros.

Genèse

En 2007, le responsable d’HYES s’engage dans la recherche d’un terrain pour développer son projet combinant méthanisation et spiruline. Suite à la rencontre avec un élu de la Communauté de communes Cœur Côte Fleurie, l’idée émerge de valoriser le terrain d’une ancienne ferme préservée. L’intention est de regrouper des entreprises innovantes autour de valeurs communes avec des activités complémentaires.

A partir de 2009, un travail collectif est mis en place, sous l’égide de la communauté de communes, avec les réseaux associatifs locaux afin de trouver une solution d’occupation sur l’ensemble du site. Ces rencontres permettent d’identifier, petit à petit, des porteurs de projets pour aboutir à la création de l’association Ecopya, cellule d’animation du pôle. Les premières installations ont lieu en 2010. Les premiers postes salariés sont créés en 2011, parallèlement à l’inscription d’Eco-Bouquetot dans la démarche des PTCE.

Objectifs et activités

Le projet d’éco-domaine est de construire en un lieu un écosystème d’activités complémentaires où le déchet d’une activité devient une ressource pour une autre.

Ainsi la méthanisation utilise et valorise les déchets de la production des jardins pédagogiques qui eux-mêmes utilisent le fumier de la ferme d’élevage, laquelle valorise ses productions grâce au tourisme vert. De même la méthanisation produit de la chaleur pour la ferme de spiruline et les bâtiments du pôle.

Cela reflète bien la synergie des cinq thématiques : agriculture biologique, énergie renouvelable, éco-construction, éco-tourisme (gîtes dans les arbres), sensibilisation à la vigilance écologique (pédagogie). La finalité de cette action collective est à la fois de valoriser un éco-site préservé, de développer une économie pérenne sur le territoire, mais aussi et surtout de démontrer la reproductibilité du concept d’éco-domaine.

Les parties prenantes

L’association Ecopya est la structure qui porte le projet Eco-Bouquetot depuis 2010. C’est un espace de concertation qui se veut ouvert et qui à terme intègrera d’autres porteurs de projets qui souhaitent participer au développement du PTCE.

A ce jour, ce pôle regroupe cinq structures parfaitement complémentaires et pourtant de statuts multiples: la société coopérative High Yield Eco-System (HYES) qui cultive de la spiruline biologique en créant ses propres engrais à partir de la méthanisation; Écurie et élevage de parts, structure en nom propre consacré à l’élevage de bovins bio et au gardiennage de chevaux; Né O Sources, association dédiée à l’éducation à l’environnement et au développement durable sous forme d’une ferme pédagogique, d’une zone d’accueil du public, de démonstration de maraichage, d’agroforesterie et d’aquaculture ; et deux sociétés commerciales classiques : les Noctam’bulles, SARL2 qui a construit des gîtes dans les arbres et propose des séjours d’hôtellerie légère ; et la SAS3 de Méthanisation Agricole Normande (MAN) qui collecte les matières organiques d’agriculteurs locaux et à partir du biogaz transformé, produit de l’électricité pour la commune avoisinante et alimente en chaleur la ferme de spiruline.

La Communauté de commune Cœur Côte Fleurie est propriétaire du terrain et la Région Basse-Normandie est le principal soutien public.

Ce regroupement d’activités et de compétences est très original et peu fréquent. Il est intéressant de mentionner que l’entreprise HYES du PTCE a également été soutenue par l’Agence de Développement Economique et d’innovation (ex-Oséo) sur son activité de couplage méthanisation et spiruline. Hyes a d’ailleurs remporté le 1er prix International4 pour les systèmes de production d’algues en Californie en 2011 pour ce couplage.

Gouvernance et organisation

A l’origine, ce pôle a opté pour une gouvernance partagée : les fondateurs historiques d’Ecopya, douze co-présidents, ont assuré le co-pilotage avec une volonté de favoriser la participation. Face au constat de la complexité d’une gouvernance multiple, une nouvelle structuration est envisagée avec une représentation de la société civile, impliquée bénévolement en tant que membre actif. Les deux documents cadres représentant les fondements de leur coopération, la charte et le règlement intérieur, sont toutefois restés inchangés depuis 2010.

L’association Ecopya coordonne et anime les projets sur l’Eco-Bouquetot. L’association pédagogique Né O Sources est en train de devenir une branche d’Ecopya dans un souci de simplification organisationnelle et de communication.

La gouvernance a été prévue pour associer chaque membre dans un souci d’horizontalité, précaution d’autant plus importante que le principe est d’ouvrir à un partenariat plus large à partir des cinq membres fondateurs. Le Conseil d’Administration est composé d’un membre par structure installée, ainsi que deux membres représentant la société civile.

Des réunions mensuelles sont organisées à la Maison de la Solidarité de Caen. Elles ont pour objectif de favoriser les interactions entre les activités afin de mener à bien les activités sur l’éco-domaine.

Ecopya bénéficie d’un accompagnement, voulu par les membres du pôle, de l’Association Régionale pour le Développement de l’Economie Solidaire (l’ARDES). Sur certaines périodes l’ARDES a pu bénéficier d’une prestation d’accompagnement de la Région Basse-Normandie avec un soutien de la Communauté de Communes, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

Fonctionnement économique

La plupart des activités sont en place depuis moins de cinq ans et certaines sont très récentes. Elles n’ont donc pas encore eu la possibilité de déployer leur potentiel économique et ont pour l’instant essentiellement bénéficié de financements publics. Les contributions de la Région et du Fonds Social Européen se sont concrétisées soit sous forme de subventions directes, soit par l’intermédiaire d’emploi tremplin. En 2011-2012, la mission de cet emploi au sein d’Ecopya a été l’animation et le soutien à la co-construction du projet.

La Communauté de Communes Coeur Côte Fleurie, propriétaire du site, établit des baux adaptés aux différents porteurs de projet, met en location des espaces de bureau aménagés5. Ainsi, chaque activité occupant le domaine est titulaire d’un bail spécifique.

Le département a financé la construction des cabanes dans les arbres et l’ADEME6 a financé en partie la société de Méthanisation Agricole Normande (MAN).

Chaque membre d’Ecopya paie une cotisation en fonction de multiples paramètres (chiffre d’affaires, effectif, etc.). Le pôle a créé huit emplois depuis 2010 et compte une cinquantaine de personnes impliquées dans ses activités (coopérateurs, bénévoles, associés…). Les ressources permettent d’assurer les frais de coordination du Pôle, mais elles ne sont toujours pas suffisantes pour l’embauche à temps plein d’un animateur du PTCE.

Le PTCE commence à enregistrer ses premiers résultats économiques. En 2012, il y a eu 500 visites de la ferme de la spiruline, 1 500 usagers de Noctam’bulles. Ainsi, le chiffre d’affaires global est d’environ 250 000 euros, qui devrait doubler grâce à l’accueil de nouveaux projets et à la mise en service de l’activité de l’unité de méthanisation. Cette dernière a constitué un réseau d’agriculteurs qui adhèrent au principe et fourniront à l’unité de méthanisation leurs déchets pour transformation. Les pouvoirs publics souhaitent l’intégration de nouvelles activités et de nouveaux membres sur ce pôle, et notamment pour l’occupation des bâtiments du corps de ferme traditionnel, réaménagés en bureaux. Ecopya est donc à la recherche d’entreprises innovantes et en accord avec sa charte pour venir nourrir la dynamique du pôle.

Logiques de coopération

Le concept d’Ecopya est fondé sur l’interdépendance des activités sur le site puisque chacune tire ressource de la proximité des autres, soit par le biais du recyclage des déchets (MAN) soit en se fournissant auprès des producteurs (Né O Sources et Noctam’bulles).

La coopération est d’emblée nécessaire pour la gestion du site, ce qui incite naturellement au partage d’outils qui va jusqu’à un groupement d’employeur pour sécuriser les emplois créés grâce au partage des compétences entre les structures. Pour l’instant le partage d’un emploi est envisagé entre deux entités.

En revanche, il manque la fonction d’animation du PTCE nécessaire à la réussite du projet (optimisation des effets de synergie entre les activités, identification et intégration de nouveaux membres, visites pédagogiques du site et des activités…). La montée en charge de l’activité des membres ne leur permet plus de l’assurer bénévolement.

Logiques d’innovation

L’ensemble des activités développées au sein du PTCE sont en-elles mêmes relativement innovantes par la nouveauté des services proposés ou par les processus de fabrication expérimentés.

  • La méthanisation est une des énergies renouvelables dont on considère l’intérêt pour résoudre le problème du recyclage des déchets et la fin prochaine des énergies fossiles.

  • Noctam‘bulles offre une forme alternative de découverte du plaisir de vivre en pleine nature allié à l’insolite de l’habitat.

  • HYES est un acteur clé de l’émergence d’une nouvelle filière agricole en ayant créé sa ferme pilote de recherche et développement de production de spiruline. C’est aussi le premier à proposer le couplage méthanisation et spiruline, qu’il développe dans son activité de bureau d’études.

Le principe d’associer des producteurs proches géographiquement, dont l’activité est complémentaire voire intimement nécessaire à celle des autres, est en soi une démarche innovante, rendue possible par la particularité du domaine Eco-Bouquetot : Une ancienne ferme porteuse d’un patrimoine riche de l’activité agricole que la Communauté de Communes souhaitait valoriser. Enfin, la dimension pédagogique est fortement présente via la visite de la ferme, des cabanes et des jardins pédagogiques.

On a là une expérience riche d’enseignements sur l’intérêt de projets portés de concert par des acteurs de la société civile et des élus soucieux du développement économique de leur région tout en préservant et même en valorisant la dimension rurale du territoire.

Enjeux

Les collectivités qui ont accompagné et soutenu financièrement l’émergence du projet global depuis son origine se doivent de maintenir un montant de subventions suffisant pour assurer la viabilité du PTCE. Ce soutien permettra aux membres du pôle de renforcer l’émergence et la consolidation des activités en même temps que la coordination nécessaire pour maintenir un fonctionnement efficient.

Selon le président d’HYES : « un tel projet d’éco-domaine prend au minimum cinq ans avant d’être lancé et peut-être dix ans pour générer suffisamment d’autonomie et le surplus nécessaire au financement de postes de travail… Au minimum, un à trois postes seraient nécessaires dans le domaine de l’animation, la gestion et la coordination mais il est difficile de pérenniser leur financement. » Les besoins en structuration et en professionnalisation sont un des enjeux majeurs du pôle.

La structuration organisationnelle du pôle devient incontournable afin d’assurer la continuité des projets engagés et l’émergence d’autres activités. Le site doit être aménagé car il ne dispose pas encore de bureaux ni d’accès internet.

Projets

L’activité sur site va connaître une nouvelle vie avec l’aménagement et la réhabilitation des bâtiments courant 2014. Ils devraient à terme accueillir quinze unités économiques et créer une trentaine d’emploi. Sont prévus à ce jour la finalisation de l’unité de méthanisation, l’arrivée d’un maraîcher-apiculteur et d’un producteur-transformateur de petits fruits.

L’équipe actuelle insiste beaucoup sur l’importance de l’activité de promotion de l’éco-domaine et des différentes techniques qui y sont développés (méthanisation, permaculture, éco-construction, aquaculture, etc.).

L’ouverture du site au public est prévue pour 2015 avec l’embauche d’un salarié pour gérer l’animation de l’éco-domaine.

Commentaires de l’auteur

Les enseignements

Ce projet démontre que l’on peut être très fortement innovant dans un territoire rural en recherchant des niches de production peu développées à ce jour. L’ambition du projet peut se déployer grâce à la mise à disposition d’un lieu d’implantation suffisamment vaste et déjà identifié comme richesse patrimoniale du territoire. A partir d’une idée innovante de base, la multiplication des activités a pu se décliner en fonction d’un projet clair de coopération exprimé par la charte : « Au moins un produit ou un sous-produit d’activité est une ressource pour une autre activité exercée sur le domaine de Bouquetot ». Cette mise en synergie est en principe garante de la stabilité des acteurs et se reflète d’ailleurs dans la diversité des compétences au sein de l’équipe à l’initiative du projet (Ingénieurs en énergies renouvelables, en éco-construction, en permaculture, juristes, biologistes, etc.).

Le partenariat avec les collectivités, soit sous forme financière, soit par mise à disposition de compétences techniques est également un gage de pérennité dans la mesure où les investissements consentis sont d’ores et déjà importants. Il s’agit bien d’un projet de territoire porté conjointement par des entrepreneurs locaux, des responsables politiques et des citoyens qui souhaitent soutenir un développement à la fois économique et éco-responsable.

Hypothèses de travail approfondies

Le projet encourt deux risques antinomiques, un développement trop fort ou trop lent.

A l’heure actuelle, l’ouverture annoncée à d’autres projets devrait permettre l’arrivée de nouvelles unités de production nécessaires à la viabilité économique du pôle qui n’a pas encore trouvé un modèle économique stable. Cet accroissement est souhaité par les collectivités pour justifier leurs partenariats avec les initiateurs. Mais, les difficultés exprimées sur la coordination de la coopération du pôle pourraient s’accroître avec l’arrivée de nouveaux acteurs qui n’ont pas vécu le processus de montée en charge.

La précarité salariale dans laquelle se sont trouvés les divers membres des équipes salariales a généré du découragement et des abandons préjudiciables à la poursuite de l’entreprise engagée.

Une grande partie de l’équipe initiale de HYES est partie début 2013, une nouvelle équipe a aujourd’hui été constituée et un nouveau souffle. Cette nouvelle dynamique pourra être maintenue si la nouvelle gouvernance prend mieux en compte les difficultés globales de l’équipe, personnelle et professionnelle (habitat et salaire décent, transport, etc.).

Comme dans la plupart des PTCE, la création d’un poste dédié à la coordination est considérée comme indispensable par l’ensemble des participants sous réserve que son rôle et sa fonction soient bien définis de telle sorte qu’il ne se substituent pas à la réflexion nécessaire pour maintenir la cohésion et la cohérence des actions collectives.

De nouvelles formes de communication sont en cours d’élaboration tel le film et le site internet qui a beaucoup évolué. Chacun des membres veille à faire connaître l’activité des autres dans un esprit de promotion de l’action environnementale de l’éco-domaine.

1 Les réseaux associatifs locaux : l’Association Régionale pour le Développement de l’Economie Solidaire (ARDES), l’Association Régionale de Promotion de l’Eco-construction en Basse Normandie (ARPE), Le Groupement Régional d’Agriculture Biologique de Basse-Normandie (GRAB)

2 SARL : Société à Responsabilité Limitée

3 SAS : Société par actions simplifiée

4 www.algaecompetition.com

5 Association Régionale pour le Développement de l’Économie Solidaire

6 Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie.

Références

  • Revue de presse

  • Réponse à l’appel à candidature : « Valoriser et développer les Pôles Territoriaux de Coopération Economique »

  • Fiche LABO ESS du PTCE

  • Interview téléphonique avec guide d’entretien

  • Site internet : ecopya.free.fr