Une solidarité économique, écologique et intergénérationnelle pour le développement social d’un territoire rural

De Fil En Réseaux (Limousin)

Thomas-André Podlewski, décembre 2013

Le Labo de l’économie sociale et solidaire (Labo ESS)

De Fil En Réseaux (DFER) est une association qui a été créée en 2005 par un collectif d’associations et d’entreprises coopératives d’un territoire, celui du plateau de Millevaches dans le Limousin. Il œuvre dans le champ de l’économie sociale et solidaire pour le développement d’un territoire rural peu peuplé et pauvre économiquement. Avec 14 habitants au kilomètre carré et une population vieillissante (plus d’un tiers de la population a plus de 60 ans) ce pôle s’est donné pour mission de susciter l’envie de vivre sur ce territoire et ainsi de drainer ou de maintenir des habitants au pays. Actuellement, De fil en réseaux est composé de 13 structures qui travaillent dans les domaines agricoles, du bâtiment, des services, du tourisme, de l’éducation, de la culture et de la protection de l’environnement. Cette mise en complémentarité constitue une chaine d’espoir pour redonner vie à un territoire rural.

De fil en Réseaux rassemble des entités qui emploient 65 personnes et génèrent un chiffre d’affaire global annuel de plus de 3 millions d’euros.

Genèse

Zone rurale désertifiée, le plateau de Millevaches connaît une première vague d’arrivée de jeunes « néo ruraux » dans les années 1970. Pour la plupart, soucieux de s’investir dans la vie locale, ils participent à la revitalisation du territoire en créant des activités économiques et des associations. Certains d’entre eux invitent leurs connaissances et amis à les rejoindre sur le plateau ; une culture de l’accueil démarre avec eux, encouragée et soutenue par un trio de maires1 et un prêtre de la mission de France. Cet accueil sera ensuite soutenu par la région Limousin qui met en place une politique d’accueil en 1999.

En 2001, à la date anniversaire de la loi 1901 sur les associations, plusieurs d’entre elles fêtent l’événement et constatent leurs complémentarités. Elles commencent à se doter d’outils communs, par exemple en créant le journal IPNS, le journal d’information et de débat du plateau de Millevaches. De cet élan naitra le Pôle d’Accueil, d’action et de Formation, qui évoluera en Réseau d’acteurs de la Montagne limousine pour enfin devenir la structure associative De fil en réseaux.

Objectifs et activités

Depuis 2010, la finalité de ce pôle est de mettre en œuvre collectivement des alternatives sociales, culturelles, éducatives, économiques et écologiques sur un territoire de vie et de travail dans une perspective de transformation sociale.

Les activités principales du pôle s’inscrivent dans le développement local et les services à la population. Ainsi au printemps 2013, un groupe d’une vingtaine de praticiens en accompagnement de la personne (bien-être et développement personnel) se sont regroupés en initiant des rencontres de travail qui ont débouché, entre autres, sur l’organisation d’un événement et de cycles de conférences. L’intérêt de ce groupe de praticiens est de favoriser l’entraide, la coopération et l’interconnaissance2.

Le PTCE favorise le portage des actions en faveur de l’accueil de nouveaux habitants pour valoriser et mettre en lien les actions entre ses membres. Cela va du montage des dossiers de financement grâce à l’appui des associations membres, à l’organisation de temps de rencontre tous les premiers vendredi du mois (« les apéros réseau ») en passant par l’hébergement temporaire de futurs créateurs d’activités. Pour faciliter l’intégration des nouveau arrivants, DFER a créé une lettre d’information mensuelle et consultable sur son site internet et diffusé par email à plus de 700 personnes, qui aborde toutes les informations locales allant des activités et événements sous la forme d’un agenda, au petites annonces (ventes, troc, emploi, projets,…).

A travers un travail collectif, le pôle porte des projets que les structures membres ne peuvent pas prendre en charge seules. Par exemple, le Collectif limousin du test agricole – réseau régional d’agriculteurs, d’associations et de structures d’accompagnement à la création d’activités – a pour objectif de permettre à des porteurs de projet souhaitant s’installer en agriculture de pratiquer une période de test d’activité.

Le PTCE apporte à ses membres toute la logistique technique liée aux projets et accompagne les initiatives collectives des personnes morales ou physiques. Ainsi, un groupe de travail sur le tourisme solidaire a été mis en place en 2012. Ce dernier se compose d’acteurs touristiques locaux et du PNR de Millevaches. Il s’est donné pour objectif de créer des séjours découverte du Plateau de Millevaches qui soient porteurs de sens et qui permettent aux personnes et structures impliquées de consolider le modèle économique de leur activité, modèle jusque-là fragile. Pour aider le groupe dans la mise en place de séjours, De fil en réseaux a organisé un partenariat entre le groupe et une Licence professionnelle en tourisme solidaire. Cela s’est traduit par l’accueil d’une stagiaire embauchée par la suite, par un apport méthodologique des responsables pédagogiques de la formation et par un suivi pendant deux ans. Ainsi en 2014 trois séjours autour de la ruralité et des alternatives sont commercialisés sur le plateau de Millevaches.

Les parties prenantes

Le PTCE compte 13 structures membres3 dans le champ de l’ESS.

Il y a cinq entreprises coopératives : Le Groupement Agricole d’Exploitation en Commun, Champs Libres, produit en biodynamie de la viande bovine et du maraichage ; Ambiance bois, Société anonyme à participation ouvrière, est une scierie qui construit également des maisons ; Cesam-Oxalis une coopérative d’activités et d’emplois qui accompagne les porteurs de projets ; Arban, un opérateur immobilier d’urbanisme rural dans une optique de développement durable en portant des projets de logement locatif en éco-construction ; La Navette, coopérative de rédactions spécialisées en économie sociale et solidaire.

Et on trouve en complémentarité huit associations : Les plateaux limousins, lieu d’accueil pour le tourisme social, l’éducation populaire, l’animation péri et extra-scolaire et l’accueil de porteurs de projets ; Pivoine accompagne sur le plateau de Millevaches des projets atypiques ; MRJC Limousin, animé par et pour les jeunes, œuvre pour le maintien des jeunes en favorisant le développement rural ; Solidarité Millevaches, complexe de solidarité comprend une épicerie sociale et l’accueil des porteurs de projets ; VASI Jeunes, lieu d’animation et de découverte du monde rural, il accueille des groupes de jeunes et des porteurs de projets; Contrechamps programme et soutient la culture en milieu rural ; Energies pour demain informe sur la maîtrise de l’énergie et valorise l’environnement sur le Plateau de Millevaches (animation en milieu scolaire et espace info énergies pour les particuliers) et enfin Nature sur un plateau sensibilise à l’agroforesterie.

De fil en réseaux s’appuie aussi sur de nombreux partenariats, notamment avec le Parc Naturel Régional de Millevaches sur le soutien et le développement de l’économie sociale et solidaire (en 2012, édition d’un guide de l’Economie Sociale et Solidaire sur le territoire du Parc4 où l’on retrouve des exemples de réussites locales et un mode d’emploi de cette nouvelle forme d’économie) ; avec le territoire du Beaujolais Vert sur les thématiques de l’accueil de population et l’énergie, et plus récemment avec le Collectif Pouvoir d’agir.

Gouvernance et organisation

De Fil en réseaux est une association loi 1901. Son Conseil d’Administration est composé d’une ou plusieurs personnes par structure membre qui sont soit des administrateurs, des associés, ou des salariés de ces structures. De fil en réseaux tient six à huit Conseils d’administration par an et une Assemblée Générale annuelle. L’AG réunit le CA et plus largement toutes les personnes impliquées dans les structures membres. Elle est l’occasion de rapports moral et financier. C’est aussi un lieu de débat sur un sujet particulier. CA et AG sont préparés par un bureau tournant, composé de deux administrateurs issus de deux structures membres.

Un groupe de travail spécifique (comité stratégique) sur la prospective a été créé il y a trois ans. Les résultats de son travail sont régulièrement soumis au CA pour validation ou simplement pour élargir la réflexion à l’ensemble des administrateurs. Chaque année se tient une assemblée générale réunissant des administrateurs référents qui peuvent être désignés pour travailler en binôme avec les salariés de la coordination sur des thématiques. L’association salarie deux personnes chargées de la coordination.

Fonctionnement économique

De fil en réseaux a un budget annuel de 100 000 euros environ. Il est composé à 70% de fonds venant des collectivités territoriales, les 30 % restants venant des cotisations des membres, du bénévolat et des services proposés facturés.

En tant que prestataire du Parc Naturel Régional de Millevaches sur la co-animation de sa politique en faveur de l’économie sociale et solidaire, le pôle génère 10 000 € de chiffre d’affaires par an.

Ce PTCE est fortement soutenu par la Région Limousin dans le cadre de différentes politiques :

  • les emplois associatifs régionaux : soutien au financement de deux postes de coordination ;

  • la politique d’accueil de nouveaux habitants : soutien aux actions mises en œuvre.

Le département de la Creuse contribue quant à lui au financement des deux postes de coordination, en complément des emplois associatifs régionaux.

Logiques de coopération

De fil en réseaux est un catalyseur qui repère les besoins et les opportunités d’aménagement du territoire. Les outils utilisés pour faciliter la coopération sont un processus de rencontres humaines sous forme de groupe de travail thématique et convivial.

On retrouve une coopération entre structures membres à travers l’accueil des nouveaux arrivants qui veulent développer une activité sur le territoire. Ainsi pour faciliter la mise en place et la pérennité d’un projet des rencontres collectives sont régulièrement organisées sur différentes thématiques, comme par exemple le développement du tourisme alternatif en milieu sur le plateau de Millevaches. On retrouve à travers ce collectif de travail et des rencontres conviviales animés par le PTCE, une volonté d’échanger et d’apprendre à coopérer. Le côté informel est privilégié, il est facilité par une connaissance mutuelle approfondie entre membres et habitants. Le terreau de confiance établi et la bienveillance facilitent ce travail d’échanges et de construction de projets fondé sur le respect entre membres et habitants.

Logiques d’innovation

Des entreprises comme Ambiance Bois sont elles-mêmes emblématiques d’une innovation, puisque la coopérative a lancé la création de maisons bois qui intègrent des techniques innovantes de traitement et de valorisation du bois.

Le développement local se fait par la base, les habitants eux-mêmes, à travers leurs compétences variées, arrivent à se fédérer pour le projet global. C’est une démarche ascendante à travers un processus participatif.

De fil en réseaux est un incubateur de projets dont l’objectif est de porter et de créer de l’emploi sur le territoire, véritable enjeu de survie pour un territoire paupérisé.

Les moyens humains sont la force de ce pôle. Tous les membres et la population s’impliquent afin de mettre en place toutes les conditions favorables à l’installation de projets. L’expérimentation est permanente.

Ce pôle a été soutenu à plusieurs reprises par la Fondation de France en réponse à des appels à projet nationaux et dans le cadre d’expérimentations territoriales.

Enjeux

La technicité du pôle doit être améliorée (structuration de son fonctionnement ainsi que de l’activité générée). Pour ce faire, un accompagnement du dispositif local d’accompagnement5 est en cours. La mobilisation des personnes est limitée tant aux niveaux des salariés que des bénévoles. Les résultats obtenus restent modestes mais sont vitaux car ils maintiennent la vie d’un territoire.

Le modèle économique reste imparfait et insatisfaisant. Le défi à relever sera de conjuguer des financements multiples (privés, publics et non monétaire) permettant de consolider le pôle.

Projets

Le pôle veut s’ouvrir et s’élargir à d’autres structures afin de pouvoir développer, soutenir et porter les conseils les plus larges à tous les porteurs de projets qui désirent s’installer sur ce territoire. L’accent est porté sur la transition du territoire en répondant aux nouveaux défis écologiques, sociaux et économiques d’un territoire rural.

Commentaires de l’auteur

Les enseignements

Ce PTCE est exemplaire par l’efficience de ses résultats au regard d’un territoire en déshérence tant humaine qu’économique. Malgré le constat de désertification qui laissait peu de place à l’optimisme, des hommes et des femmes soutenus par les pouvoirs publics ont décidé d’inverser ce processus lent mais tenace. Le PTCE est arrimé à des structures anciennes qui ont fait la preuve, contre toute attente, qu’on pouvait développer de l’activité économique en déployant de l’imagination et des coopérations. Elles démontrent que leur territoire à un porteur de richesses tant économiques qu’humaines. En articulant intelligemment les activités, elles deviennent ressources entre elles et suscitent l’énergie de nouveaux acteurs.

Hypothèses de travail à approfondir

Les attentes des institutions sont fortes. En raison d’un désengagement des collectivités publiques, le pôle aurait besoin, pour répondre à la demande suscitée par son développement et son engouement, d’un soutien financier plus important. La stabilisation d’un modèle économique apparaît un enjeu de fond pour pouvoir pérenniser les initiatives engagées.

Face à la transition écologique il apparait primordial de se doter de ressources humaines supplémentaires et plus ambitieux au regard de la complexité accrue des dossiers à monter et de la mission d’accompagnement. La lenteur administrative et certaines incompréhensions des pouvoirs publics peuvent freiner un élan innovant sur un territoire rural qui devrait être considéré à plusieurs titres comme une mission prioritaire de la part des collectivités.

La communication du travail réalisé gagnerait à être améliorée pour obtenir la légitimité nécessaire au développement du pôle. La création d’un site internet de très bonne qualité et d’une lettre d’information très riches est une première étape à la communication nécessaire pour développer le pôle.

Au manque de moyens humains se rajoute la disponibilité des membres du pôle qui peuvent être en manque de temps pour s’investir comme ils voudraient.

1 Il s’agit de Faux-la-Montagne, Peyrelevade et Gentioux-Pigerolles

2 Article « La coopération ça s’invente pas ça s’organise »

3 Voir les membres de l’association DFER

4 Voir le site du Parc naturel régional des Millevaches

5 Créé en 2002 par l’État et la Caisse des Dépôts, le Dispositif local d’accompagnement (DLA) appui les structures développant des activités et services d’utilité sociale créateurs d’emplois, dans leur démarche de consolidation économique et de développement.

Références

  • Revue de presse

  • Fiche LABO ESS du PTCE

  • Interview téléphonique avec guide d’entretien

  • Site internet : www.defilenreseaux.org