La culture, pilier du développement durable et de l’échange interculturel

Paris Mix (Ile-de-France)

Thomas-André Podlewski, novembre 2013

Le Labo de l’économie sociale et solidaire (Labo ESS)

Créé en 2008, Paris Mix est le premier cluster1 musical en Ile-de-France. Il rassemble 41 entreprises franciliennes dans le domaine de la musique du monde, de l’innovation et de la diversité comme outil d’aménagement du territoire.

Ce pôle permet à des acteurs de la musique sur un espace de 150 m² de mutualiser des compétences et des emplois, ainsi que des moyens techniques de production et de communication, afin de faciliter la coopération des acteurs de la filière musicale, de consolider et de développer leurs activités. Cette initiative est issue, en 2007, d’une étude de préfiguration d’un collectif de chercheurs universitaires2. Elle a été lancée par le directeur d’un magazine musical3 avec l’appui de la Ville de Paris, de la Mairie du 18ème et de la Région Ile-de-France.

Paris Mix, comme processus de coopération au service de l’aménagement du territoire est inscrit dans le « Contrat Urbain de Cohésion Sociale » du quartier « Amiraux Simplon ». A ce titre, il participe et initie des actions d’intérêt général dans le domaine de l’insertion des jeunes.

L’ensemble des membres du pôle emploient 400 salariés pour un chiffre d’affaires global de 22 millions d’euros.

Genèse

Dans un contexte de mutation profonde de la filière musicale et face à l’émergence des industries créatives, un Comité de pilotage4 s’est constitué en février 2008 pour fixer les enjeux stratégiques et les actions prioritaires du Cluster afin de comprendre les enjeux technologiques et économiques qui en découlaient. Rapidement, ils se sont mobilisés pour générer un projet commun basé sur la mutualisation de moyens techniques, de production, de communication, des compétences et de l’emploi.

Une première étude de préfiguration a été réalisée en 2007 par un collectif de chercheurs universitaires dans le cadre du programme « Culture & Territoires » en partenariat avec la DRAC Ile-de-France. L’étude a permis de vérifier la pertinence de créer un système productif local5 (SPL) autour des musiques du monde. En 2010, Paris Mix est labellisé « grappe d’entreprise » par la Datar et il devient PTCE témoin en 2013.

Objectifs et activités

Paris Mix a pour objectif de renforcer la filière musicale des musiques du monde en Ile-de-France à travers trois axes : le développement économique de la filière ; la diversité culturelle et le co-développement ; la cohésion territoriale par son image et son rayonnement.

Les trois activités principales du PTCE sont l’entrepreneuriat, la formation, et les industries créatives et culturelles. Elles se déclinent à travers plusieurs niveaux de coopération :

  • La mutualisation d’emplois et de compétences : Paris Mix Group’Emploi, est un groupement d’employeurs utilisé par treize employeurs6 qui peuvent disposer de temps partiel partagé en fonction de leurs besoins pour des activités liées au web (webpromoteur, webmarketeur, etc.).

  • La mutualisation de moyens techniques et d’espaces de travail modulable : la « Mix box » est un plateau entièrement équipé (son, lumière, vidéo, web, scène), mis à disposition des artistes pour concevoir, produire et diffuser leur spectacle. Cet espace devient la « Citizen Box », espace de travail partagé ouvert aux adhérents et aux habitants du quartier.

  • Des réflexions partagées autour de groupes de travail et de sessions de formations : depuis 2009, un cycle de formation « Musique et internet » s’est créé afin d’accompagner les adhérents dans les nouvelles mutations liées à l’Internet.

  • L’insertion des jeunes du nord-est parisien : sur la période 2012/2013, un chantier école « génération Mix » a permis à douze jeunes déscolarisés de suivre un parcours d’insertion professionnelle qualifiant auprès des entreprises du PTCE. Cette opération doit être reconduite en 2014.

Les parties prenantes

Paris Mix regroupe des entreprises franciliennes actives dans le domaine des musiques, de l’innovation et de la diversité culturelle, appartenant majoritairement à l’économie sociale et solidaire7. On retrouve différentes activités : labels, producteurs, tourneurs, salles de spectacles, diffuseurs, festivals, organismes de formations, institutions, chercheurs, média, réseaux et associations. Paris Mix a fait le choix d’associer au pôle des partenaires non adhérents et des partenaires institutionnels.

Gouvernance et organisation

Paris Mix est une association loi 1901 réunissant des associations, institutions de la filière musicale et de l’insertion professionnelle. Une trentaine sont impliquées activement et constituent le premier niveau de la dynamique collective. On retrouve un conseil d’administration de 19 membres qui représente le noyau dur du développement des actions de ce pôle. Il se réunit quatre fois par an et organise une assemblée générale tous les ans. Des groupes de travail thématiques sont organisés tous les deux mois : pour exemple, une réflexion s’engage actuellement sur une formation e-learning afin d’accompagner les entreprises musicales dans leurs activités créatives. Un livre disque, le « Mix book » sera produit à cet effet.

Le PTCE est principalement porté par un bureau de trois représentants (président, trésorier, secrétaire) en lien étroit avec l’équipe permanente composée d’un poste de coordination et d’un régisseur général des espaces.

Les partenaires non adhérents de Paris MIX (associations culturelles, partenaires locaux, etc.) représentent le deuxième niveau d’implication du pôle. Cette ouverture facilite des collaborations nouvelles et participe au co-développement des entreprises parties prenantes.

Paris Mix est par ailleurs membre du Collectif MERCI8, réseau de professionnalisation des entrepreneurs culturels d’Ile-de-France. Ce dernier favorise l’accompagnement des structures par des actions d’information, de conseil, de formation et d’hébergement.

A cet ensemble très riche et varié, les partenaires publics apportent un soutien depuis le début du démarrage du pôle (État, Collectivités locales).

Fonctionnement économique

Le chiffre d’affaires du PTCE est de 230 000 euros. Il est réparti entre 37% de ressources propres issues de la Mix box, de la Citizen Box et des prestations de formations, soit 84 000 euros, et 63% d’aides publiques représentant 146 000 euros. A ces ressources, il faut inclure le montant des cotisations annuelles qui est de 100 euros pour un acteur du cluster et de 1000 euros pour un membre bienfaiteur.

Les moyens financiers du pôle sont principalement des subventions de fonctionnement octroyées par la Ville de Paris et la Région Ile-de-France. Ces aides permettent de couvrir les frais de fonctionnement de l’association incluant la masse salariale de deux permanents à hauteur de 47 973 euros et les salaires des intermittents qui s’élèvent à 5 330 euros. A ces dépenses se rajoutent des charges fixes liées au local (loyer, électricité, etc.).

Le soutien financier du secteur public tend à stagner voire à baisser, ce qui nécessitera d’augmenter les ressources propres du pôle en développant ses prestations.

Logiques de coopération

Le Groupement d’employeur permet un travail collaboratif inter-structures par le partage salarial de compétences. Le chantier école fédère les acteurs et collectivités autour d’une dimension sociale auprès de jeunes en difficulté. Les groupes de travail thématiques favorisent les réflexions communes et les actions concrètes. Pour susciter ces échanges croisés, le rôle du coordinateur est indispensable.

Les outils collectifs créés comme la Mix box et la Citizen Box entretiennent un processus de coopération et favorisent le développement d’autres actions communes. L’exemple du « Mix Book», un objet hybride entre livre et support numérique, en est l’illustration. Paris Mix et ses membres se sont associés au réseau du livre et de l’édition afin de créer ensemble ce nouveau support de consommation.

Leur processus coopératif génère une grande interconnaissance entre membres et auto-génère des projets nouveaux. A titre d’exemple, en juin 2012, Paris Mix a remporté un marché auprès de Cap Digital pour la réalisation des captations promotionnelles du festival Futur en Seine 2012. 80 interviews du salon des exposants, 10 teasers promotionnels des 10 thématiques du festival ainsi que le teaser général du festival9 ont été réalisés.

Paris mix favorise des espaces culturels inédits à travers l’organisation régulière de concerts et de spectacles. Comme par exemple l’organisation d’un événement en décembre 2013 dont l’objectif était de rassembler les acteurs locaux et internationaux de l’écosystème startups (plus de 1000 participants aux profils hétérogènes : startups, investisseurs, innovateurs, journalistes, etc…).

Ces moments professionnels et conviviaux entretiennent la cohésion des membres du pôle et permettent l’intégration d’autres acteurs qui pourront ensuite faire partie intégrante du pôle en adhérant en tant qu’acteur du PTCE ou en tant que membre bienfaiteur.

Logiques d’innovation

La démarche innovante de ce pôle est dans sa capacité à avoir su fédérer autour d’actions économiques et solidaires, d’innombrables acteurs de la filière musicale, jusque-là isolés. A travers le groupement d’employeurs, véritable vecteur de partage salarial et ses actions culturelles communes, Paris Mix est un PTCE pilote de la culture musicale en Ile-de-France.

Ce pôle culturel a la particularité d’être fortement engagé depuis 2007 par des contrats urbains de cohésion sociale menés par les équipes de développement local (Porte de Montmartre/Porte de Clignancourt, Goutte d’Or et Aubervilliers). Cette proximité permet au PTCE de proposer des actions innovantes pour les jeune,s générant par là-même une grande créativité au service du territoire.

Paris Mix a mis en place un Chantier École et entreprend des travaux avec des éducateurs de rue, des associations de quartier. Ces actions originales apportent un appui structurant aux politiques de l’emploi, du logement, du développement économique et de la prévention de la délinquance. La création d’outils et projets partagés sert un collectif ouvert aux citoyens, aux jeunes et aux porteurs de projets.

Enjeux

L’enjeu principal de ce pôle est d’assurer une pérennité économique. La baisse inéluctable des aides publiques est difficilement compensée par les prestations dégagées des produits de formation, de la Mix Box et de la Citizen Box. La discussion en cours de transformation juridique en Société Collective en Intérêt Collectif (SCIC) devrait permettre de viabiliser ce pôle.

Projets

Paris Mix a l’ambition de renforcer ses mutualisations humaines et techniques à travers le développement du groupement d’employeurs Paris Mix Group’Emploi ainsi que du plateau technique mutualisé. Le déploiement de l’espace de travail partagé est prévu en créant une synergie entre les utilisateurs et les habitants du quartier.

L’offre de formation va être renforcée dans les prochaines années, notamment autour de programmes propres à la captation de concert, au spectacle vivant et au renforcement de la formation des dirigeants (Responsabilité sociétale des entreprises).

Paris Mix va développer de nouvelles opportunités pour ses membres en renforçant les synergies au service de projets collectifs (mix book, organisation d’un événement Paris Capitale des Musiques du Monde, etc.).

Afin de favoriser les projets d’insertion et poursuivre les actions engagées en faveur des publics déscolarisés, le pôle souhaite obtenir l’agrément d’État d’organisme chantier d’insertion.

Commentaires de l’auteur

Les enseignements

Le groupement d’employeurs est un outil particulièrement bien adapté au secteur culturel dans lequel la sécurisation des emplois est un enjeu majeur. Le projet démontre un bon niveau de qualité par sa technicité musicale professionnelle et sa dimension d’insertion professionnelle de jeunes du quartier.

Hypothèses de travail à approfondir

Différencier les modes d’animation de l’espace de travail collaboratif constitue-t-il un moyen pour Paris Mix d’attirer des publics nouveaux en répondant mieux aux demandes des professionnels et aux porteurs de projets ?

Repenser les modalités financières d’adhésion ainsi que les modalités économiques de coopération au sein de Paris Mix permet-il de mieux stabiliser un modèle économique pérenne ?

1 En économie, un cluster est un regroupement, généralement sur un bassin d’emploi, d’entreprises du même secteur.

2 Un collectif de chercheurs universitaires issu de trois laboratoires et centres de recherche Parisien : le Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (Latts) ; le Centre de recherches sur l’Industrie et l’Aménagement (CRIA) et le laboratoire Amidst.

3 Magazine du nom de « Mondomix »

4 Ce collectif regroupait les directions de la Ville concernées (DDEEES, DPVI, DAC, DGCT, DJS, DGRI), la Mairie du 18ème, la Région Ile de France, le Conseil Général du 93, les services de l’Etat (DRAC Ile de France, DATAR), le média Mondomix et les membres fondateurs.

5 Pour la DATAR (Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale créée en 1963), la définition des SPL recouvre : « une organisation productive particulière localisée sur un territoire correspondant généralement à un bassin d’emploi. Cette organisation fonctionne comme un réseau d’interdépendances constituées d’unités productives ayant des activités similaires ou complémentaires qui se divisent le travail » (entreprises de production ou de services, centres de recherche, organismes de formation, centres de transfert et de veille technologique, etc.) source : wikipedia

6 Les 13 adhérents au groupement d’employeurs sont : Le groupe Act’emploi, Accent Presse, Accords croisés, Festival au fil des voix, Harmonia Mundi, Paris Mix/Mila Paris, L’institut des cultures d’Islam, Les productions Lusafrica, Mad minut music, Maison des cultures du monde, Mondomix, Music Development Company et Zamzama Productions.

7 ACE • Accent Presse • Accords Croisés •Festival Au fil des Voix •Act’emploi • Actenscènes • Association Coriandre • La Bellevilloise • Bureau Export • Le Cap • Celluloïd - Rue Stendhal • Centre Fleury Goutte d’Or •Collectif MU • CommOn Play • Current Productions • Glowbl• La Gaîté Lyrique • Harmonia Mundi •Hiriz Records • Institut des Cultures d’Islam • IRMA • Lusafrica• Mad Minute Music • Maison des Cultures du Monde • Le MAP • Le MILA • Mondomix • Music DevelopmentCompany• No Format! • OLi Digital • Radio Nova • R2K • Safoul Productions • Stars Europe • Technopol• Théâtre de la Ville • Zamzama Productions • Zn Production• Zone Franche, etc. – Détail par entreprises sur : Mila Paris

8 MERCI a été créé en 2011 en partenariat avec la mairie de Paris, Advencia et le Fonds social européen. Il est composé d’un comité de pilotage regroupant la CAE CLARA, Le MILA, 100 établissements culturels solidaires, le PTCE Fontaine O livres, l’IRMA, la cité de la musique, A.C.M, etc.

9 Lien de la vidéo : Futur en Seine

Références

  • Revue de presse

  • Fiche LABO ESS du PTCE

  • Interview téléphonique avec guide d’entretien

  • Site internet : Mila Paris (anciennement Paris Mix)