Bioéthique : fin de vie

L’expérience française des conférences de citoyens. Brève analyse des procédures de 1998 à 2014.

Jacques Testart, 2015

Fondation Sciences Citoyennes (Sciences Citoyennes)

Dans son ouvrage L’Humanitude au pouvoir. Comment les citoyens peuvent décider du bien commun (Seuil, 2015), Jacques Testart revient sur sept conférences de citoyens qui ont eu lieu en France entre 1998 et 2014 (annexe disponible sur son blog Jacques Testart, critique de science). Ces conférences portaient toutes sur des questions controversées, qui supposent la mobilisation de connaissances scientifiques parfois contradictoires et peu accessibles pour le grand public. S’il existe des limites à ces procédures (protocole technique variable, conflits d’intérêts, prise en compte de la délibération citoyenne par le législateur,…), l’auteur met en avant la richesse d’une telle démarche. Les citoyens aboutissent à des conclusions qui remettent l’intérêt général au cœur de leurs préoccupations et délibérations, au risque d’aller à l’encontre de ce qu’on peut supposer être leurs « intérêts immédiats ».

Cette fiche ressource propose des éléments sur une conférence de citoyens organisée par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) en 2013. Vous trouverez le texte rédigé par Jacques Testart sur son blog.

Cette conférence a permis d’engager des discussions sur des thèmes qui étaient auparavant tabous. Les citoyens ont apporté des éléments de distinction entre euthanasie et suicide assisté. Ils ont souligné l’importance d’une politique d’accès aux soins palliatifs et de la prise en compte de la souffrance comme critère déterminant, cherchant à réduire le poids du pouvoir médical dans l’orientation de telles décisions.

A la différence des États généraux de la bioéthique en 2009, les citoyens n’ont pas été rémunérés.

Références

Annexe « L’expérience française des conférences de citoyens : Brève analyse des procédures de 1998 à 2014 » disponible sur le blog Jacques Testart, critique de science

En savoir plus

Atlas