Pourquoi cette invisibilité de certains pans des économies urbaines ?

Remi Dormois, mars 2013

L’auteur propose, dans cette fiche, de revenir sur les raisons qui expliquent cette non prise en compte de secteurs complets des économies urbaines dans les stratégies de développement élaborées par les collectivités urbaines. Pourquoi cette invisibilité de l’économie informelle et de l’économie liée aux administrations et institutions publiques ? Refus délibéré d’en tenir compte ou « myopie » des décideurs ?

Une expertise et un conseil à destination des décideurs politiques centrés sur l’entreprise

Pour élaborer leurs stratégies de développement, les collectivités ont très fréquemment recours à des bureaux d’études et des cabinets de conseil. Ce marché de la prestation est, en France, très concentré puisque trois ou quatre structures se sont vues confier la très grande majorité des missions : Ernst and Young, PwC (PricewaterhouseCoopers), Arthur Andersen Consulting (cessation d’activité), Algoe. L’ensemble de ces cabinets ont historiquement structuré leur activité d’abord dans le conseil aux entreprises – conseil sur la gestion, le management et le développement stratégique – et ont à partir de la fin des années 80 créé un pôle en charge du conseil aux collectivités. Cela a eu deux conséquences principales.

Les cabinets de conseil ont avant tout une connaissance du monde de l’entreprise davantage qu’une connaissance des administrations ou des associations. Leur référence en matière de développement économique est l’entreprise d’où des stratégies territoriales de développement essentiellement tournées vers les entreprises. On comprend mieux pourquoi l’économie publique, l’économie sociale et solidaire et a fortiori l’économie informelle sont quasiment absent des politiques urbaines de développement économique.

Les cabinets de conseil ont aussi transposé à l’analyse économique des villes les méthodes établies dans le cadre du conseil aux entreprises. Par exemple la matrice forces / faiblesses / atouts / opportunités (SWOT en anglais) mise au point pour l’étude de marché a été utilisée ensuite pour la réalisation des diagnostics de territoire. Ces méthodes sont souvent basées sur une analyse de données quantitatives centrées sur l’entreprise (emplois, établissements, dépôts de brevets, part de marché des entreprises, chiffres d’affaire,…) complétée par des entretiens avec de nouveaux des chefs d’entreprises, des représentants de la CCI,… Ces méthodes permettent de restituer les grandes tendances mais s’avèrent beaucoup moins pertinente pour identifier les « signaux faibles » : secteurs en émergence, nature des coopérations entre institutions et entreprises, professionnalisation du tiers secteur. Elles ressortent comme relativement standardisées et donc souvent dans l’incapacité de réellement dresser un aperçu des ressources territoriales (ressources humaines sur le territoire, patrimoine culturel et environnemental, intensité et efficacité des réseaux sociaux,…).

Les propositions d’actions faites par les cabinets conseils concernent aussi essentiellement le domaine de l’entreprise : structuration / animation de filières, offre foncière et immobilière,… En revanche très peu d’éléments sur la façon de renforcer l’impact de l’économie publique sur le milieu local ou sur la façon d’officialiser une partie de l’économie souterraine pour en capter les taxes et pour offrir un réel statut à la main d’œuvre.

On pourrait s’attendre à ce que les services en charge du développement économique dans les collectivités viennent compléter ce conseil en y intégrant des éléments relatifs à la commande publique, au secteur associatif en raison de leur immersion dans des administrations et dans la ville en question. Or, force est de constater que leurs réseaux professionnels sont eux-aussi centrés sur le monde de l’entreprise. Au travers des aides allouées et aux contacts pour trouver des terrains ou des locaux nécessaires aux entreprises, les techniciens se sont constitués un carnet d’adresse parmi les directeurs d’établissements ou les patrons de PME/PMI. Il y a donc une forme de réassurance entre l’expertise externe et l’expertise interne sur les questions économiques ce qui ne favorise pas le décalage de focale d’analyse et donc la mise à l’agenda de nouvelles thématiques en matière de développement économique. Il est révélateur à ce titre que certains services en charge du développement économique sont organisés en pôles selon la taille des entreprises qu’ils suivent avec notamment une direction « grands comptes » chargée du suivi des principaux employeurs privés de l’agglomération.

La barrière de l’acceptabilité politique

La mise à l’agenda de l’économie publique et de l’économie informelle est rendue très difficile aussi par un problème d’acceptabilité politique. Pour la plupart des décideurs donner une visibilité à l’économie informelle dans sa ville présente des risques politiques à plusieurs titres. Cette thématique peut être saisie par l’opposition comme le signe d’une mauvaise gestion globale de la ville. Elle peut aussi être reprise par les médias sous la forme de reportages stigmatisant la ville en question par rapport à certaines de ses concurrentes qui seraient alors encensées comme des villes « propres » supposées être sans économie souterraine ! De même, annoncer un plan de développement de l’économie publique pourra être instrumentalisé par l’opposition comme le signe annonciateur d’une augmentation du nombre de fonctionnaires et donc, à terme, d’une augmentation des impôts.

Peu enclin pour ces raisons politiques et peu interpellé par ses services ou les experts extérieurs, le décideur politique aura donc tendance à « arroser là où le sol est déjà mouillé » et donc à centrer la stratégie de développement sur le monde de l’entreprise.

Références

ADCF. 2010. La crise et nos territoires : premiers impacts, 96 p.

AMBROSINI M. 1999. « Travailler dans l’ombre. Les immigrés dans l’économie informelle », In: Revue européenne de migrations internationales, Vol. 15 N°2. Emploi, genre et migration. pp. 95-121.

JAMOULLE P. 2002. « La débrouille des familles », in Le Portique, n°10.

KOKOREFF M. 2000. « Faire du business dans les quartiers. Éléments sur les transformations socio-historiques de l’économie des stupéfiants en milieux populaires. Le cas du département des Hauts-De-Seine », In: Déviance et société, Vol. 24 - N°4. pp. 403-423.

MISSAOUI L. 1995. « Généralisation du commerce transfrontalier : petit ici, notable là-bas », In: Revue européenne de migrations internationales, Vol. 11 N°1. Marseille et ses étrangers. pp. 53-75.

PADIOLEAU J.G., DEMESTEERE R. 1991. « Les démarches de planification stratégique des villes », in Les Annales de la recherche urbaine, n°51, p.28-39.

PERALDI M. 1999. « Marseille : réseaux migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar », in Cultures & Conflits, n°33-34.

TARRIUS A. 1995. « Naissance d’une colonie : un comptoir commercial à Marseille », In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 11 N°1. Marseille et ses étrangers. pp. 21-52.

SOW A. 2001. « Africains et asiatiques dans l’économie informelle à Marseille », in H & M, n°1233.

Atlas