Le renouveau productif durable au service du territoire drômois

Pôle Sud Archer (Rhône-Alpes)

Thomas-André Podlewski, février 2014

Le Labo de l’économie sociale et solidaire (Labo ESS)

C’est l’histoire d’une friche industrielle située en bordure d’un quartier sensible à Romans-sur-Isère, dans la Drôme, ancienne capitale française de la chaussure de qualité, qui a évolué en 2007 en Pôle territorial de coopération économique nommé « Pôle Sud ». Issu d’un regroupement de structures d’insertion historiques, ce pôle rassemble aujourd’hui l’ensemble des acteurs et entreprises de l’ESS du territoire ainsi que le tissu entrepreneurial local. Il est animé conjointement par le Groupe Archer et la chambre régionale d’économie sociale et solidaire (CRESS) Rhône-Alpes.

Ce PTCE s’est construit autour d‘une volonté, celle d’être un lieu opérationnel de développement économique local. Il décline sa stratégie comme un lieu vitrine et ressource qui, au-delà de la simple mutualisation de moyens, favorise les coopérations économiques territoriales. Il regroupe à la fois des acteurs économiques pluriels et représente un pôle de promotion de l’Économie Sociale et Solidaire. Depuis 2013, ce pôle pilote un axe de travail dans le cadre de la démarche nationale PTCE sur les contributions des pôles à la consolidation et à la reprise d’activités économiques.

Plus d’un millier de personnes en recherche d’emploi, de formation ou de solution logement fréquentent le pôle. Il accueille une dizaine de locataires permanents ou ponctuels et plus de vingt organisations installées sur les zones industrielles proches qui se réclament et participent à cette démarche. Au total, il représente plus de 4000 salariés à travers l’ensemble des structures impliquées.

Genèse

L’impulsion pour créer un pôle est venue d’un d’entrepreneur, Christophe Chevalier, Président du groupe Archer1 qui existe depuis 1987. A partir d’une association intermédiaire, le groupe Archer a essaimé pendant plus de 15 ans sa fonction d’accompagnement social basée sur l’insertion par l’activité économique. Au début des années 2000, ce groupe se positionne comme un acteur de développement local de l’emploi, et non plus uniquement comme un dispositif d’intermédiaire sur le marché du travail.

En 2006 le Groupe prend le statut de Société par Actions Simplifié (SAS) sous forme d’un holding solidaire avec des actionnaires hétéroclites (salariés, administrateurs, citoyens, entreprises, etc.).

Objectifs et Activités

Le développement économique et entrepreneurial au service du territoire et de l’emploi est le maître mot de Pôle Sud. Il permet de fédérer beaucoup d’acteurs de l’ESS, des collectivités locales, des entreprises dites conventionnelles, et a pour objectif principal de favoriser le développement de synergies et de coopérations pour contribuer à l’émergence de projets communs.

Le pôle est d’abord un lieu physique dont une grande partie est dédiée au développement des compétences de personnes en recherche d’emploi. Pour atteindre son objectif, le pôle accueille un ensemble de structures et services : une association d’alphabétisation de gens du voyage, un service d’orientation logement, un établissement public Internet, des organismes de formation ou structures d’accompagnement vers l’emploi, la partie accompagnement d’un atelier et chantier d’insertion local mais aussi les activités d’accompagnement et de formation du Groupe Archer. Par ailleurs, le Pôle Emploi et la Mission Locale assurent sur le Pôle des actions concrètes au service des personnes en recherche d’emploi (animation d’ateliers internet, accompagnement personnalisé…).

En recréant en 2011, des ateliers de production de chaussures sous la marque française « made in Romans », le PTCE Pôle Sud a démontré qu’il est possible de relocaliser une activité considérée comme sinistrée tout en étant créateur d’emplois durables et valorisants sur le territoire.

L’association des Entreprises de Romans Bourg-de-Péage est fortement impliquée dans le développement du territoire. Elle organise hebdomadairement un marché solidaire avec une cinquantaine de producteurs locaux, elle a mis en place une centrale d’achat ainsi qu’une carte d’adhérent pour consommer local. A ce jour 5 000 cartes ont déjà été créées.

Les parties prenantes

On retrouve au sein de Pôle Sud différents types de parties prenantes. Un premier cercle est composé de quatre structures d’insertion par l’activité économique du Groupe Archer2. De par son rôle historique et incontournable de créateur d’emplois par le développement local, le Groupe Archer est l’acteur moteur de Pôle Sud. On y retrouve des compléments d’activités du groupe sur plus de 15 domaines d’activité allant de la fibre optique à la sous-traitance industrielle, en passant par la fabrication de chaussures et l’intérim.

Un second cercle est représenté par les structures d’accueil et de représentation de l’ESS qui sont hébergées : l’union régionale des sociétés coopératives (l’Urscop), la CRESS et le COORACE de Rhône Alpes, une permanence de l’association pour le droit à l’initiative économique (l’ADIE), un délégué régional d’une coopérative de finances solidaires (la Nef), une structure d’aide au logement, une coopérative d’activités économiques pour accompagner les créateurs d’activités et un regroupement d’AMAP. A ces acteurs regroupés physiquement sur le pôle, sont associés une multitude d’acteurs qui contribuent à son développement.

Le troisième cercle regroupe les entreprises qui contribuent activement au fonctionnement du PTCE, notamment les associations Entreprises Romans Bourg de Péage et Romans Cuir qui ont permis, entre autres, de relocaliser une activité de sous-traitance industrielle.

Le quatrième comprend les collectivités locales (Romans Bourg de Péage Expansion, le Conseil Général de la Drôme), des entreprises privées lucratives (VEYRET Technique découpe, Modetic), des regroupements d’entreprises et des organisations diverses3, partenaires de la dynamique du Pôle Sud.

Gouvernance et organisation

Le groupe Archer, composé d’une centaine d’actionnaires, est au cœur de la gouvernance du pôle. Toutefois, en dehors des baux pour l’occupation des locaux il n’existe pas de lien juridique ou conventionnel entre les acteurs.

L’animation du pôle est assurée par le Président du groupe ARCHER qui organise des déjeuners une fois par mois et anime les réunions de travail pour l’organisation d’évènements collectifs. Ces moments d’échanges permettent l’organisation de journées ESS ou d’un marché solidaire, deux expériences de développement économique parmi d’autres.

La reconnaissance et le leadership de son Président ainsi que les moyens financiers du groupe Archer sur l’animation du pôle favorise une gouvernance qui n’est pas formalisée. A titre d’exemple, les actions menées par Pôle Emploi et la Mission Locale au sein de Pôle Sud sont définies par convention auprès du Groupe Archer.

Le pôle joue un rôle d’entrainement et stimule la créativité au service de projets économiques. Les relations interpersonnelles, véritable vecteur d’émulation, sont privilégiées au-delà des règles et des conventions.

Fonctionnement économique

Le fonctionnement économique du pôle est lié étroitement au Groupe Archer qui le dirige et l’anime. L’animation du pôle qui a longtemps fonctionné sans budget spécifique est aujourd’hui financée en partie par les collectivités territoriales, le groupe Archer et l’association des chefs d’entreprises Romans-Bourg de Péage.

Logiques de coopération

On retrouve différents types de coopération :

  • une mission de délégation de service public ;

  • des moments de rencontres et d’échanges entre acteurs ;

  • une animation économique à travers l’association de chefs d’entreprises et la crèche interentreprises ;

  • les actions économiques engagées autour de la coopérative d’activités et d’emplois ;

  • la reprise d’activités industrielles ;

  • le montage d’un circuit touristique.

Pour ce pôle, le défi engagé est de considérer que la coopération entre acteurs et plus puissante que la concurrence. Il essaie d’allier les acteurs du territoire autour des valeurs de l’ESS en mobilisant autour de projets économiques les PME locales pour leur savoir-faire et les élu-e-s locaux qui sont incités à avoir une démarche entrepreneuriale concrète.

Logiques d’innovation

La réintroduction d’une activité industrielle sur une filière de la chaussure sinistrée par plusieurs années de délocalisations des grands groupes historiques de la chaussure est un marqueur d’innovation. Elle permet de faire resurgir un savoir-faire local abandonné et de montrer qu’il peut être porteur de richesses économiques et sociales pour l’ensemble du territoire. De plus la relocalisation d’activités économiques comme par exemple le marché solidaire et le tourisme responsable sont des actions porteuses d’innovations sociales et environnementales.

Enjeux

Le fonctionnement du Pôle est peu formalisé et devra à terme instaurer un mode organisationnel plus structuré. Il devra prendre en compte un lieu de rencontres déjà établi et dynamique et permettre une lecture plus claire de ses actions et projets afin que tous les acteurs puissent s’inscrire dans son développement. La rédaction d’une charte de fonctionnement pourrait améliorer, voire accroître, les actions et projets portés par l’ensemble des structures du pôle.

Cette formalisation et structuration permettrait de faciliter la définition d’un modèle économique propre au pôle, éventuellement d’intégrer des modules d’évaluation sur les actions conduites et d’en tirer des analyses pour les actions futures.

Projets

Le Pôle Sud souhaite étendre son action sur la zone Romans Valence afin d’être sur la même échelle que l’intercommunalité. La réalisation d’une Charte et d’un mode d’organisation économique spécifique au pôle est aussi à l’étude.

La mise à disposition de ressources humaines supplémentaires pour animer et développer le pôle est une priorité qui sera déterminante pour les actions futures.

Il y a également une volonté d’essaimer l’expérience de ce pôle à travers le maillage avec d’autres pôles à fort potentiel de sauvegarde et de création d’activités économiques. Dans le cadre de la démarche nationale PTCE, Pôle Sud en partenariat avec COORACE et le LABO de l’ESS ont réuni en juillet 2013 un comité de pilotage pour lancer la communauté « PTCE Renouveau productif ». L’idée est de rendre lisible et crédible les propositions alternatives sur les enjeux relatifs au développement économique en partant des expériences de chefs d’entreprises sur les territoires. Un plan d’action a été établi (octobre 2013 – septembre 2015), principalement basé sur des visites apprenantes au sein de pôles qui apportent des réponses territoriales et entrepreneuriales à des territoires en mutation économique. Ce plan d’action doit permettre d’appuyer le développement de douze pôles et de construire un savoir collectif permettant de démultiplier ces initiatives sur d’autres territoires (visites apprenantes bimensuelles, échanges d’outils et de bonnes pratiques, échanges économiques opérationnels, capitalisation des acquis, formulation de propositions politiques structurantes pour favoriser le déploiement d’autres PTCE).

Commentaires de l’auteur

Les enseignements

Pôle Sud possède depuis 2007, un lieu qui regroupe un certain nombre de parties prenantes qui incarnent le pôle, et qui permet une meilleure visibilité des actions. Ce regroupement permet de générer de la création d’activités économiques au service du territoire basées principalement sur le renouveau productif. L’acteur central du pôle est le groupe Archer qui par son rôle d’entrepreneur reconnu fédère l’ensemble des acteurs économiques, sociaux et politiques. Le soutien fort des collectivités et d’acteurs importants de l’ESS (La CRESS, l’URSCOP et le COORACE) permet de favoriser une coopération à l’échelle d’un territoire.

Ce pôle se distingue par ses réalisations économiques nombreuses. On y retrouve la reprise d’activités ou d’entreprises dans l’industrie, la chaussure, le textile et le bâtiment ; la création d’une Coopérative d’Activités et d’Emplois (CAE) et le montage d’un circuit touristique en partenariat avec d’autres producteurs locaux. Ce Pôle est emblématique dans la démarche nationale des PTCE. Il a suscité une large médiatisation avec de nombreux articles de presse locale mais aussi de reportages télévisés. De plus, son Président à reçu du Boston Consulting Groupe (BCG)4, le prix de l’entrepreneur social en 2012.

Ce PTCE démontre que l’on peut au 21ème siècle réintroduire une activité industrielle sur un territoire à la fois rentable économiquement et respectueuse des hommes et de l’environnement.

C’est un signal fort en direction de territoires sinistrés par la disparition d’activités industrielles abandonnées au motif qu’elles ne généraient pas suffisamment de profit, dans la mesure où les activités développées relèvent de savoir-faire auparavant très opérationnels, encore bien présents parmi les habitants du territoire.

Hypothèses de travail à approfondir

L’absence de formalisation du fonctionnement du PTCE a longtemps été considéré comme une force car il permettait d’avoir une certaine souplesse dans la réalisation des projets économiques qui étaient essentiellement portés par la volonté et la détermination des individus.

Il apparaît aujourd’hui primordial pour ce pôle, fort de la réussite de son expérience, d’instaurer des règles propres à son fonctionnement et d’établir un modèle économique spécifique, moins centré sur le Groupe Archer afin de poursuivre ses actions innovantes.

La réalisation d’une Charte, d’un règlement, d’un modèle de fonctionnement économique propre au pôle, permettrait d’atténuer la prédominance du groupe Archer, d’ouvrir la gouvernance et l’animation du pôle à l’ensemble des parties prenantes déjà très actives dans son fonctionnement, de renforcer et développer ainsi les coopérations économiques tout en impliquant d’autres acteurs dans sa conception et sa réalisation.

1 Le Groupe Archer est organisé autour de deux entités : l’association « mère » Archer chargée des activités non fiscalisées et la SAS Groupe Archer chargée des activités qui relèvent des impôts commerciaux. Aussi la SAS est plus particulièrement chargée des projets de développement économique, notamment dans leurs filiales, tandis que l’association assure, en sus de ses activités, l’accueil et l’accompagnement sur l’ensemble de leur groupe. Les deux entités fonctionnent sur le principe « 1 homme, 1 voix » et possèdent la même charte éthique. Par ailleurs, pour la SAS, les éventuels dividendes sont limités aux alentours du taux du livret A. La SAS est composée de 101 actionnaires et l’association Archer de 22 membres.

2 Artim, Arbati et Archer entreprises, spécialisées notamment dans le BTP, l’entretien des espaces verts, la sous-traitance industrielle, le transport et la logistique ; l’Arcoop, coopérative d’activité et d’emploi qui accueille une cinquantaine d’entrepreneurs.

3 Association Départementale d’Aide aux Parents et Amis Enfants et Adultes Inadaptés, initiative emplois Dauphinais…

4 A travers ce prix, le BCG a récompensé ce pôle comme le porteur de projets sociaux le plus innovant de France.

Références