Un traitement global et partenarial du mal logement : l’atelier logement

Accompagner les personnes en difficultés dans leur demande de logement

François LEGRIS, 2005

Association Internationale de Techniciens, Experts et Chercheurs (AITEC)

Cette fiche présente l’expérience des Ateliers logement à Lille, dans les années 2000 qui ont permis l’accès au logement et le relogement de nombreux ménages défavorisés.

Le contexte, un quartier en crise

Le quartier de Fives a subi la crise économique de ces trente dernières années et a été durement touché par une montée de l’exclusion. Aujourd’hui, 15 % de la population du quartier perçoit le Revenu Minimum d’Insertion (20 000 habitants environ dans le quartier). L’Atelier Logement s’est mis en place en 1984 pour le relogement des familles touchées par la réalisation d’une voie rapide en pleine ville1. Il s’est ensuite élargi à l’ensemble du quartier, sa gestion étant assurée par l’Antenne Est du PACT de Lille (Association de développement social local réalisant des projets d’habitat). La pénurie de logements sociaux (20 % à peu près sur le quartier mais pas d’offre disponible), le problème des logements insalubres et l’existence de propriétaires peu scrupuleux, qui s’enrichissent sur le dos de la misère sociale et économique des familles, amplifie le rôle de l’Atelier au sein du quartier. Le logement devient la priorité des priorités pour les personnes mal logées ou sans logement.

Le rayonnement de Lille Métropole attire sur le quartier des investisseurs privés qui produisent des opérations au bénéfice d’autres catégories sociales. Si ce développement est louable pour le rééquilibrage socio-économique du quartier, il peut être dévastateur pour les familles les plus pauvres. L’habitat privé qui jouait un rôle de logement très social disparaît ainsi peu à peu. Il faut donc intervenir pour que le développement urbain laisse de la place et tienne compte de la population la plus défavorisée.

Rôle et fonctionnement de l’Atelier Logement

L’Atelier est un lieu central dans le suivi de la demande en logement. Il est important pour les familles mais aussi pour les diverses institutions et associations qui aident, soutiennent et défendent les personnes en difficultés. Il joue, en plus de son action de soutien, un rôle d’observatoire et d’analyse de la demande très sociale.

L’Atelier mène les actions suivantes :

  • Accueillir et centraliser la demande de logement.

  • Être un lieu d’écoute de mobilisation des familles afin de les rendre acteur de leur démarche.

  • Orienter et accompagner les familles vers un logement correspondant à leurs besoins et capacités financières.

  • Travailler au maintien dans le logement quand la situation le permet.

  • Optimiser l’accès au parc social, regrouper les interventions concernant les demandes de logement, assurer le suivi auprès des bailleurs, suggérer des réponses afin de produire une offre nouvelle.

  • Animer une instance partenariale, lieu d’orientation des demandes et d’échanges sur les situations sociales.

  • Favoriser la prise en compte des familles auprès des bailleurs sociaux et privés en recherchant les modes d’actions et de financements adaptés et pour permettre leur accès.

Toutes les familles en difficultés de logement domiciliées sur le quartier de Fives Saint Maurice sont accueillies lors d’une permanence hebdomadaire dans un local de proximité. Les personnes sont soit orientées par les partenaires, soit par le bouche à oreille. Les familles sont aussi accueillies sur rendez-vous pour la constitution de dossiers ou pour un suivi personnalisé par les personnes travaillant, lors de la permanence. De plus, des visites à domicile sont effectuées pour les personnes ne pouvant pas se déplacer ou dans le cadre de l’action de « Lutte contre l’Insalubrité et les marchands de sommeil » pour construire un lien plus spécifique.

L’atelier veut être un lieu de mobilisation des familles où elles peuvent faire un bilan de leur parcours et définir des étapes à atteindre pour accéder à un logement. C’est pour certaines familles le seul interlocuteur possible.

L’instance partenariale logement

Cette instance, coordonnée par le PACT, se réunit une fois par mois, elle regroupe les partenaires des services publics ou para-publics, les structures de logement, d’hébergement et de réinsertion sociale, les associations de défense de locataires, les associations de soutien à des publics spécifiques qui œuvrent pour l’aide au logement. Il s’agit de conserver un lien constant entre tous les partenaires mobilisés sur les quartiers de Fives et Saint Maurice pour avoir une cohésion et une prise en compte globale de la demande et des besoins des familles en croisant les éléments de connaissance.

Elle a pour objectif :

  • De repérer les caractéristiques des demandeurs (potentialités et difficultés) autour d’échanges et de clarifications par l’apport d’éléments de connaissances des situations.

  • De permettre une réflexion autour des dispositifs d’insertion par le logement et de leurs pratiques (spécificité et évolutions).

  • D’élargir les perspectives des logiques d’interventions avec les demandeurs.

  • De veiller à ce que toute demande de logement trouve une solution (réactiver les demandes en instance, veiller au suivi).

Son rôle est d’examiner des situations et d’orienter plus précisément les familles vers un accompagnement social adapté et vers la solution logement répondant à leurs caractéristiques. C’est un lieu d’échanges et d’informations sur les familles mais aussi un lieu de concertation et de discussion autour des différentes difficultés rencontrées en tant que travailleurs sociaux. L’instance partenariale se doit d’être aussi à l’écoute des différents partenaires et ainsi favoriser une dynamique partenariale concertée.

Les partenaires concernés sont :

  • La Ville de Lille : action sociale et insertion - service d’hygiène, Centre Communal d’Action Sociale.

  • Le Conseil Général : Travailleurs sociaux de circonscription, la Commission Locale du Plan.

  • D’autres instances administratives locales : Lille Métropole Communauté Urbaine, la Caisse d’Allocations Familiales, le Plan Lillois d’insertion, la Mission Locale

  • Les foyers : Capharnaüm - Habiter ensemble - Hôme des Mères - foyer Catry - le Fare - foyer ARELI – ABEJ.

  • Les associations œuvrant en matière de logements : PACT - OSLO – GRAAL.

  • Les associations caritatives : Aide à Toutes Détresses - Secours Populaire Français - AREAS gens du voyage - les Petits Frères des Pauvres - Itinéraires jeunes - Solidarités aux femmes et aux familles d’ici et d’ailleurs…

Parallèlement des réunions spécifiques avec les bailleurs sociaux permettent de travailler à l’optimisation des demandes de logement.

Repères 2004

Il y a plus de 30 000 demandes de logement social en attente sur l’agglomération lilloise.

  • 307 nouvelles demandes ont été enregistrées en 2004, ce qui porte le nombre de demandes actives à 750 environ.

  • 753 personnes ont été reçues en permanence dont 68 sur RdV

  • 51,45 % sont sans logement dont 37,8 % hébergés, pour les autres 5,87 % sont SDF, en caravane, au foyer, à l’hôtel.

  • 70,4 % vivent de transferts sociaux (37,1 % RMI, 12,3 % API).

Composition familiale : 38,8 % personnes seules avec enfants ; 35,8 % personnes seules sans enfant.

Références

Découvrir le quartier Fives de Lille

Le site de Lille Métropole