Densité urbaine

Catalina Duque Gómez, décembre 2015

Cités Territoires Gouvernance (CITEGO)

La densité, est une « qualité de ce qui est dense, de ce qui est fait d’éléments nombreux et serrés, qui contient beaucoup de matière par rapport à l’espace occupé » CNRTL. Comme l’explique Anastasia Touati dans l’introduction du dossier « 2 – Refaire la ville sur la ville : controverses et formes de la densification résidentielle », « terme souvent imprécis utilisé dans les domaines de l’urbanisme, de l’économie urbaine ou de la géographie, la densité urbaine exprime un rapport théorique entre une quantité (nombre d’habitants, nombre d’emplois, de logements ou encore un nombre de m² de plancher par exemple) et l’espace occupé (surface de terrain brute ou nette). Il n’existe donc pas une seule densité urbaine. De même, la densité ne prend de réelle signification que si elle est rapportée à une échelle de référence et des densités ne peuvent être comparées entre elles que si elles mesurent la même chose et à une même échelle. Les géographes et les démographes ont tendance à parler de densité de population (nombre d’habitants par km² par exemple, ou encore nombre de personnes par logement, par immeuble, etc.). Les architectes et les urbanistes quant à eux vont parler le plus souvent de densité bâtie. En France, avant sa suppression par la loi ALUR1, c’était la densité de construction, par l’intermédiaire du COS (coefficient d’occupation des sols), qui servait de référence. Le COS fixait le nombre de m² de surface de plancher pouvant être construits sur un terrain donné pour 1 m² de terrain. Le COS déterminait donc la densité de construction admise sur une parcelle. ». Ce dossier vous permettra de comprendre certains des enjeux, des démarches et des débats autour de la densification.

Il est important de ne pas confondre la densité et les formes urbaines. Comme le montre l’image ci-contre, une même densité peut prendre différentes formes urbaines. On peut atteindre des objectifs de densité de population ou de m² construits aussi bien avec une construction en hauteur (tour), des pavillons ou de l’habitat intermédiaire. Cependant, les effets de ces formes urbaines sur les espaces publics disponibles, l’étendu des infrastructures de desserte et sur la perception de la densité (promiscuité, proximité, aération, etc.), ne sont pas les mêmes.

La même densité peut prendre des formes bien différentes – Source : Vivre en Ville, adapté de Urban Task Force, Towards an urban renaissance, 1999. Image disponible sur Imaginer le Québec autrement

TRIBU architecture, « Quelle densité ?«  » 2015

1Loi no 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové, dite loi ALUR ou loi Duflot II, est une loi française relative au logement et a l’aménagement du territoire.

En savoir plus

Articles et ouvrages

  • Charmes, Eric (dir), 2010, « Effet de mode ou solution durable ? La densification en débat », dossier spécial Études foncières, n°145

  • Les différentes publications de l’IAURIF sur la densité depuis 1999. Notamment les Notes Rapides « Appréhender la densité » de juin 2005, n°382, 383 et 384

Sites internet