Brno (CZ) - Remplir l’espace « intermédiaire » avec confiance

2019

Depuis 2002, Urbact est le programme de coopération territoriale européenne visant à promouvoir un développement urbain intégré et durable dans les villes des États membres de l’Union européenne, de Norvège et de Suisse. Urbact est un instrument de la politique de cohésion, financé par le FEDER (Fonds européen de développement régional) et les États membres.

Urbact est un programme européen d’échanges et d’apprentissage entre villes dont l’objectif est de développer des solutions aux grands défis urbains. En mettant en réseau les villes européennes, en renforçant les compétences et en capitalisant sur les bonnes pratiques, il soutient les décideurs publics et les acteurs de terrain pour développer des solutions durables qui intègrent les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement urbain.

Dans le prolongement des programmes Urbact I et II, Urbact III continue de promouvoir un développement urbain intégré et durable et contribue aux objectifs de la stratégie Europe 2020.

À télécharger : urbact-citystories-brno.pdf (1,4 Mio)

La périphérie de Brno souffre d’une infrastructure médiocre et de liens sociaux faibles. Dans le cadre de ses efforts pour y remédier, la municipalité utilise les outils URBACT pour tester un nouveau modèle de régénération centré sur les citoyens dans la zone de Red Hill

Kristiansand est à la croisée des chemins.

Deuxième ville de République tchèque, Brno est un centre culturel important, porté par une économie forte et diversifiée. Après une augmentation rapide de la population tout au long du XXe siècle, la période post-communiste a vu un mouvement de suburbanisation mené par le secteur privé. Les conséquences se sont avérées particulièrement complexes. Aujourd’hui, les terrains constructibles s’épuisent et, alors que la demande de logements continue d’augmenter, le nombre de nouvelles constructions diminue. En conséquence, les jeunes et les résidents les plus pauvres sont exclus du marché. Certaines communautés déjà établies sont confrontées à des problèmes parallèles. Si de nombreuses banlieues sont bien reliées par des lignes de bus et de tramway et bénéficient de services de bonne qualité, de grandes poches d’espaces « intermédiaires », en marge, ont été laissées pour compte.

Un plan pour le joyau caché de la ville périurbaine

Depuis plus d’une décennie, la municipalité travaille sur un plan de développement polycentrique qui vise, entre autres, à régénérer ces zones négligées. URBACT a fourni une source importante d’outils innovants pour aider à la mise en œuvre de ce plan. En tant que membre du réseau sub>urbain, la ville a vu une opportunité de travailler avec les méthodes URBACT à un niveau plus petit, celui des quartiers. Cette fois-ci, l’objectif était d’expérimenter un nouveau modèle de développement marginal par la régénération d’un seul site. La recherche d’un site pilote a nécessité une coopération sans précédent entre les bureaux municipaux. Comme l’exige le programme URBACT, le département stratégique de la ville a mis en place un groupe d’acteurs locaux (Groupe local URBACT) pour faire le lien avec les bureaux des transports, des investissements et du logement. Ensemble, ces groupes ont co-créé un ensemble de critères pour guider le processus de sélection. Après des semaines de conversation, ils ont choisi Red Hill, une zone résidentielle potentielle située sur un site frontalier entre le centre-ville et le quartier de Bohunice, qui abrite une série de jardins familiaux et une ancienne friche industrielle. En plus des problèmes de services et d’infrastructures, Red Hill souffrait de fuites régulières d’eaux usées et certains de ses espaces verts étaient utilisés comme décharges illégales. L’objectif du groupe local était d’élaborer un plan d’action intégré basé sur les nouvelles techniques introduites par URBACT. « Tout au long du projet, nous avons découvert beaucoup de nouveaux outils, principalement en matière de coordination administrative, comme la création d’un arbre à problèmes, la collecte de toutes les données, la cartographie des relations de propriété », confirme Kateřina Pavlíková, expert en politique régionale à la municipalité. « URBACT nous a été très utile pour nous aider à développer une vision pour Red Hill. L’héritage officiel de la participation de Brno au réseau est une étude urbaine du site de Red Hill, qui a été développée dans le prolongement du plan d’action intégré. Elle a été présentée lors de la réunion finale du groupe local où les citoyens ont été invités à parler avec les experts et à leur poser directement des questions. Red Hill lui-même est toujours en cours d’étude géologique et divers modèles de transport sont testés pour vérifier les propositions de l’étude urbaine. Mais alors que la rénovation sera mise en œuvre étape par étape au cours des prochaines années, les processus employés dans les banlieues ont déjà été reconnus comme des outils précieux et potentiellement transférables. « Nous avons réussi à montrer aux autres services que si l’on travaille en coopération avec les habitants, cela peut vraiment rapporter », conclut Martina Pacasová, directrice stratégique de la ville. « Nous espérons que cela aura également un impact sur leur travail ».

Un forum pour la régénération

« Habituellement, la municipalité fait tout cela et révèle ensuite le plan », reflète Mme Pacasová, « mais dans le cadre du projet sub>urbain, nous voulions essayer quelque chose de nouveau ». Un deuxième groupe local parallèle a été créé, composé de toutes les parties prenantes de la région de Red Hill, des résidents individuels et des associations de jardinage aux grands employeurs locaux et aux utilisateurs des terres. Jusqu’à 90 personnes y ont participé. Tout a été mis par écrit et toutes les décisions ont été communiquées à la communauté par courrier électronique et sur des pages web : « La municipalité n’a pas l’habitude d’organiser de telles réunions », explique Mme Pacasová, « nous ne savions donc pas comment les gens allaient réagir ». Au départ, il y avait des conflits d’intérêts, découlant de la propriété complexe du site de Red Hill, mais après deux ans de travail avec des méthodes participatives, la municipalité et les citoyens ont appris à collaborer plus efficacement. L’un des meilleurs symboles des progrès réalisés a été la manifestation « Nettoyons Red Hill », qui a vu plus de 100 personnes se réunir à deux reprises pour travailler sur le site. Les responsables municipaux étaient au nombre de ces personnes. « C’était une belle façon de montrer aux citoyens que même les employés de bureau peuvent se salir les mains et que nous ne nous contentons pas de bavarder et de dessiner, mais que nous faisons vraiment des choses », explique Mme Pacasová. « Je pense que nous avons gagné une certaine confiance grâce à cela ».

Références