Las formas del hábitat precario.

Valérie Sala Pala, 2008

Collection Passerelle

Este sub-dossier se publicó inicialmente como capítulo n°1 de la Colección Passerelle. Sin embargo, otras fichas que presentaban un interés evidente, tomando en cuenta la temática, fueron integradas a este sub-dossier para propiciar una diversidad de puntos de vista y de experiencias

Mala calidad de vivienda y discriminaciones

Villas miseria/cantegriles/chabolas. Esta palabra en Europa suele asociarse a nuestra historia pasada –la escasez de viviendas posterior a la segunda guerra mundial- o a realidades más lejanas- las formas de la urbanización y del hábitat “pobre” en los países en desarrollo-. Sin embargo, tal como lo demuestran las contribuciones reunidas en este capítulo, las chabolas constituyen una realidad persistente de nuestras sociedades y de nuestras ciudades europeas, aun cuando esta realidad sea generalmente poco visible o más bien invisibilizada y marginada a la periferia de las metrópolis europeas, invisibilizada también por la acción pública y, en particular, por las políticas urbanas.

Los contenidos de este dossier no están disponibles en español. Lo puede descarga aquí [lien vers le document en PDF]. Estamos haciendo todo lo posible para traducir los contenidos de nuestra página. No dude en ponerse en contacto con nosotros si desea ayudarnos a traducir una parte de nuestros contenidos.

Les contributions qui suivent l’éclairent. De nombreuses personnes sont aujourd’hui encore contraintes de vivre dans des logements de fortune, poussées par la grande précarité ou par les discriminations, généralement les deux. Ces personnes sont d’abord des travailleurs immigrés venus souvent d’Europe de l’Est, des réfugiés et demandeurs d’asile, des gens du voyage : autant de figures contemporaines de l’altérité, construites par certains regards sociaux mais aussi par des politiques publiques. Ces dernières produisent autant des représentations et des interprétations des problèmes sociaux que des réponses à ces problèmes.

Aujourd’hui comme hier, la question des logements de fortune et des bidonvilles risque de faire l’objet de lectures culturalisantes. Aujourd’hui comme hier, elle nous en dit pourtant moins sur la « culture » de ceux qui sont définis comme « autres » que sur la façon dont nos sociétés européennes construisent ces « autres » et sur la place qu’elles leur octroient. Les discriminations, notamment ethniques, dans l’accès au logement comme à d’autres biens ou services, sont longtemps restées méconnues en France. Ce n’est que depuis la fin des années 1990 que les autorités publiques françaises ont tenté de mettre en place une politique de lutte contre les discriminations, poussées par la montée en puissance de cette thématique au niveau de l’Union Européenne. L’impact réel de cette politique, sa capacité à mieux garantir l’accès au logement des groupes minorisés, reste toutefois soumis, entre autres, à la prise en compte de ces problèmes par les politiques urbaines sur le terrain.

La question centrale finalement soulevée dans ce chapitre est peut-être la suivante : quel peut être l’impact des politiques urbaines actuelles sur ces formes d’habitat précaire et sur les discriminations dans l’accès au logement ? Ces politiques urbaines en pleine mutation peuvent-elles permettre d’atteindre une plus grande justice sociale, d’éliminer les formes les plus précaires de logement, les inégalités sociales et ethniques dans l’accès à ce bien de première nécessité et dans l’accès aux territoires ? Risquent-elles au contraire d’accentuer cette précarité, ces discriminations ? Ne voit-on pas poindre un conflit majeur entre les objectifs de justice sociale, de mise en œuvre du droit au logement et de lutte contre les discriminations d’un côté, et la priorité donnée par les politiques urbaines menées dans la plupart des métropoles européennes aux enjeux d’attractivité des classes moyennes et supérieures, d’image, de développements de grands projets urbains de prestige ?

Face au constat de la précarité et des discriminations dans le logement, on est enfin conduit à soulever la question plus vaste de l’articulation de différentes actions publiques : politiques urbaines, politiques du logement et de l’habitat, politique de lutte contre les discriminations, et politiques sociales au sens large, sans oublier les politiques d’immigration. La lecture croisée des contributions qui suivent illustre parfaitement le caractère multidimensionnel des problèmes de précarité et de discrimination dans le logement et donc des solutions qu’attendent ces problèmes.

Referencias

Ce sous-dossier a été initialement publié en tant que chapitre du n°1 de la Collection Passerelle. Vous pouvez retrouver le PDF du numéro Europe : pas sans toit ! Le logement en question

2 análisis

4 estudios de caso

Un recurso