Cēsis (LV) - La transition numérique commence jeune

2019

Depuis 2002, Urbact est le programme de coopération territoriale européenne visant à promouvoir un développement urbain intégré et durable dans les villes des États membres de l’Union européenne, de Norvège et de Suisse. Urbact est un instrument de la politique de cohésion, financé par le FEDER (Fonds européen de développement régional) et les États membres.

Urbact est un programme européen d’échanges et d’apprentissage entre villes dont l’objectif est de développer des solutions aux grands défis urbains. En mettant en réseau les villes européennes, en renforçant les compétences et en capitalisant sur les bonnes pratiques, il soutient les décideurs publics et les acteurs de terrain pour développer des solutions durables qui intègrent les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement urbain.

Dans le prolongement des programmes Urbact I et II, Urbact III continue de promouvoir un développement urbain intégré et durable et contribue aux objectifs de la stratégie Europe 2020.

À télécharger : urbact-citystories-cesis.pdf (990 Kio)

En travaillant en étroite collaboration avec les écoles, les universités et les entreprises, les autorités locales de la ville historique de Cēsis ont fait des pas importants pour stimuler l’éducation numérique et l’esprit d’entreprise.

Alors que l’Estonie a été baptisée « République numérique » par le magazine New Yorker, Cēsis se trouve à 85 km au sud de la Lettonie - un pays qui repose sur des industries plus traditionnelles telles que le travail des métaux de haute qualité. Cette capacité est soutenue par les atouts du système éducatif letton, notamment dans les matières techniques. Cēsis est une sorte d’anomalie dans la mesure où, en tant que belle ville historique située au milieu de forêts et de lacs, elle a compté sur le tourisme et les services pour nombre de ses emplois. Pourtant, comme de nombreuses villes lettones, elle a souffert, pendant la récente crise économique, de la perte de jeunes gens en raison de migrations internes et internationales. En comparant les prouesses de la Lettonie en matière d’entrepreneuriat numérique à celles de sa voisine du nord, Evija Taurene, responsable de la planification dans la municipalité du district Cēsis, déclare : « Le succès de l’Estonie dans le secteur numérique est en partie dû à une gouvernance nationale audacieuse et innovante, et nous ne sommes en aucun cas en concurrence avec Tallinn ou Tartu. Il y a également des choses à apprendre pour les actions locales, principalement en ce qui concerne le soutien aux entreprises ». De tous les avantages du réseau URBACT TechTown, c’est cet accent mis sur la création d’un réseau local qui s’est avéré le plus utile dans Cēsis. Leurs ateliers transnationaux à Tallinn (EE) ont mis l’accent sur la cartographie des écosystèmes existants et idéaux de l’entreprenariat - et sur l’imagination de la façon de passer de l’un à l’autre.

Super-inspirationnel

« Étant la plus petite ville du réseau, il n’était pas toujours facile de voir comment les actions innovantes que nos villes partenaires mettaient en œuvre se traduiraient dans notre contexte local. Mais l’expérience URBACT a été très stimulante pour nous, et notre ville est très ambitieuse », déclare Evija Taurene. Plusieurs initiatives que Cēsis a vues dans les villes partenaires se sont retrouvées dans l’impressionnant Plan d’action pour la croissance numérique 2022 qui a émergé de leur participation à TechTown. Le camp « We Code Cabin » de Barnsley (Royaume-Uni) et le programme « Digital Toddlers » du groupe de municipalités Loop City autour de Copenhague (Danemark) ont été particulièrement utiles. « Bien sûr, de nombreuses activités qui ont déjà commencé, ou qui commenceront bientôt, sont issues de nos propres idées et du contexte local. Cependant, cela a aidé la ville à identifier le besoin de renforcer son soutien », déclare Mme Taurene. L’un des éléments clés que les villes partenaires ont découvert grâce à TechTown a été l’identification des parties prenantes, dont certaines ont formé un Groupe local URBACT pour concevoir des actions. « Nous avons commencé à organiser des événements numériques locaux et il s’est avéré que nous n’avons pas 10, mais plus de 70 citoyens locaux engagés dans l’économie numérique ! Pour une petite ville comme la nôtre, cela semblait incroyable », déclare Mme Taurene. Ce processus a été facilité par la création du centre des industries créatives et numériques, Skola6, sur Cēsis en septembre 2015, au moment même où TechTown était lancé. Bien que cela ait déjà été prévu, l’enquête du réseau sur la manière dont ces centres peuvent fournir un soutien durable - plutôt que fugace - aux activités entrepreneuriales était vitale.

Rencontrer le monde de la technologie

Les idées de « Cēsis » pour tirer le meilleur parti de Skola6 sont venues en grande partie de leurs pairs du projet TechTown. « À leur instar, nous avons décidé de sauter dans l’inconnu et d’organiser un événement afin de trouver une occasion de rencontrer la communauté en personne. Trois rencontres locales ont été organisées, réunissant plus de 50 personnes intéressées par l’économie numérique », explique Mme Taurene. Les événements de renforcement de la communauté contribueront également à faire connaître Cēsis en Lettonie et, à terme - espèrent-ils - dans les pays baltes, comme un lieu où se déroulent des événements technologiques - ce qui n’est pas une mince ambition compte tenu des atouts de l’Estonie dans ce domaine. « Nous espérons que cela pourra susciter l’intérêt des personnes locales non spécialisées dans les technologies pour explorer de nouvelles possibilités de carrière, et aussi attirer un nouveau public - les futurs citoyens - vers Cēsis », ajoute Mme Taurene.

L’éducation numérique

Après avoir cartographié les écosystèmes pour soutenir l’entreprenariat numérique, le Groupe local URBACT a finalement considéré l’éducation comme le principal levier de changement et d’amélioration. Dans son plan d’action pour la croissance numérique 2022, la ville a clairement exprimé son engagement en faveur de l’éducation. Cēsis a la chance d’abriter une antenne de l’Université technique de Riga. Cependant, le groupe a voulu donner la priorité aux très jeunes. « Nous souhaitons améliorer l’accès aux possibilités d’apprentissage numérique pour tous les citoyens, [quelle que soit] leur tranche d’âge. Les partenaires de TechTown (en particulier Loop City au Danemark et Basingstoke en Grande-Bretagne) ont montré des exemples d’engagement des enfants dans l’éducation numérique dès leur plus jeune âge », peut-on lire dans le document. En organisant des événements et des discussions, la municipalité a réussi à mettre l’éducation numérique à l’ordre du jour local. « Bien que les écoles soient lentes à apporter des changements, elles comprennent maintenant que c’est important. Certaines ouvrent même de nouvelles activités et de nouveaux programmes extrascolaires en septembre », déclare Mme Taurene. « Nous devons néanmoins combattre certains des mythes concernant l’éducation numérique. Certaines personnes pensent encore que si les enfants ne font que s’asseoir devant l’ordinateur, ils oublieront comment écrire, lire et communiquer ».

Références