Baia Mare (RO) - Que se passe t-il lorsqu’une ville fait participer les citoyens ?

2019

URBACT Programme

Depuis 2002, Urbact est le programme de coopération territoriale européen visant à encourager le développement urbain intégré et durable dans les villes des États membres de l’Union européenne, de Norvège et de Suisse. Urbact est un instrument de la politique de cohésion, financé par le Feder (Fonds européen de développement régional) et les États membres.

Urbact est un programme européen d’échanges et d’apprentissage entre villes dont l’objectif est d’élaborer des solutions pour faire face aux grands enjeux urbains. Par la mise en réseau des villes européennes, le renforcement des compétences et la capitalisation des bonnes pratiques, il soutient les décideurs publics et les acteurs de terrain, pour faire émerger des solutions durables intégrant les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement urbain.

Faisant suite aux programmes Urbact I et II, Urbact III continue de promouvoir le développement urbain intégré et durable et contribue aux objectifs de la stratégie Europe 2020.

À télécharger : urbact-citystories-baiamare.pdf (1,2 Mio)

Baia Mare est en train de restructurer son économie, passant de l’industrie aux services et à l’industrie manufacturière. Encourager l’innovation sociale s’est toutefois révélé être un défi. Dans le cadre du réseau URBACT BoostInno, la ville a expérimenté de nouveaux outils pour aider à stimuler l’engagement civique, en commençant par un budget participatif

Située au pied des Carpates, près des frontières avec la Hongrie et l’Ukraine, Baia Mare a la réputation d’être l’une des plus belles villes de Roumanie. Si sa position lui confère un grand potentiel en tant que centre touristique et logistique, la ville a dû faire face à des problèmes économiques, sociaux et environnementaux, dont beaucoup remontent à l’activité minière intensive de la région pendant la période communiste. Baia Mare avait déjà travaillé avec URBACT pour résoudre certains de ces problèmes les plus urgents. En 2008, par exemple, dans le cadre du réseau LUMASEC, la ville s’est attaquée à la pollution dans et autour de la zone urbaine. En 2013, elle a élaboré une politique d’aménagement du territoire plus efficace dans le cadre du réseau USEAct. Grâce en partie au succès de ces initiatives et aux leçons apprises en cours de route, les priorités de la municipalité ont changé. Aujourd’hui, la ville s’attache particulièrement à encourager les initiatives éducatives, économiques et culturelles. « Nous avons obtenu des résultats importants lors de nos précédents travaux URBACT, mais nous fonctionnions encore avec une approche assez descendante qui ne fonctionnait pas », reflète Dorin Miclaus, expert en développement durable pour la municipalité. « Avec le réseau BoostInno, nous voulions vraiment essayer quelque chose de bas en haut ». La formation des mairies et l’élection de Cătălin Cherecheș comme maire et chef d’une coalition de citoyens ont marqué deux tentatives récentes de décentralisation du processus politique. BoostInno a cependant été la première tentative stratégique de la municipalité pour encourager la citoyenneté active.

Toute idée est meilleure que pas d’idée du tout

La plus grande avancée pour Baia Mare a été l’organisation d’une réunion transnationale de trois jours des villes partenaires de BoostInno en mars 2017. Aux côtés de fonctionnaires, cette réunion a été animée par des représentants d’ONG, d’entreprises et du secteur de l’éducation. Certains sont venus de la ville universitaire voisine de Cluj-Napoca (RO) pour y participer. Un professeur, Dancu Natalia, et ses élèves ont fait des présentations sur l’histoire de la région environnante Maramureș, tandis que des artisans et des artistes de tous âges ont exposé des plats, des objets d’artisanat et des danses traditionnels. Au lieu de se contenter de partager les bonnes pratiques, les partenaires ont été invités à réfléchir à des solutions spécifiques pour encourager la participation civique à Baia Mare, parmi ces acteurs locaux. « Cette collaboration a permis de renforcer considérablement la confiance », explique M. Miclaus, « avant cela, les gens n’avaient pas confiance en eux pour s’impliquer. Ce fut un tournant. Après la réunion, Baia Mare a élaboré un plan d’action intégré intitulé « La ville et les citoyens ». Ce plan est également le fruit des outils URBACT. La « cartographie des sens », par exemple, a permis aux participants du Groupe local URBACT de visualiser les relations entre les parties prenantes d’une manière entièrement nouvelle, et de théoriser des moyens de créer des synergies entre, par exemple, les employés des musées et les médias locaux, les écoles et les start-ups. Un éventail diversifié de solutions a été proposé au cours des réunions en fonction des domaines prioritaires du patrimoine culturel, de la jeunesse et de l’éducation. Certaines solutions étaient à petite échelle, comme la plantation d’arbres fruitiers et la construction de jardins familiaux. D’autres, comme la création d’un réseau de quartiers intelligents, ont été conçues comme des initiatives à plus long terme. Les propositions les plus populaires ont été communiquées à un public plus large dans le cadre d’une série de conférences BoostInno.

Du zoom avant au zoom arrière

En raison de contraintes financières et de temps, nombre des plans les plus ambitieux de Baia Mare en sont encore au stade du prototype ou doivent encore être testés. Une exception importante est le tout premier budget participatif de la ville. L’idée était en place depuis plusieurs années, mais ce sont les réunions BoostInno qui ont donné l’impulsion à la mise en œuvre effective du programme en septembre 2017. Les citoyens ont été encouragés à participer sur une plateforme en ligne, en présentant des idées d’initiatives, puis en votant pour leurs préférées. En conséquence, 35 projets ont été proposés et 2 428 votes ont été exprimés. Le plus populaire a été « Le laboratoire d’idées », un projet qui vise à transformer un ancien bâtiment scolaire en un centre informatique et documentaire afin d’améliorer l’éducation et d’empêcher les jeunes de s’éloigner. Le processus lui-même a été une « première » importante pour la ville et sera développé à l’avenir. « La plateforme a été principalement utilisée par les personnes faisant partie du projet, ou qui avaient réalisé d’autres projets dans le passé », reflète M. Miclaus, « donc notre défi est maintenant d’aller vers l’extérieur ». Grâce à BoostInno, l’infrastructure nécessaire à cette fin est désormais en place. Au printemps 2018, le maire a annoncé qu’il voulait transformer Baia Mare en une ville créative et participative, et des outils comme celui-ci seront au centre de cette démarche. Le Groupe local URBACT, quant à lui, a été développé en un organisme appelé « Baia Mare Activ » qui servira de courtier pour réinventer la ville. Pour soutenir davantage ce processus, la municipalité teste également un système de panels de quartier pour compléter la participation aux mairies existantes. Alors que la ville sollicite de nouveaux financements européens, ces initiatives inspirées d’URBACT représentent une base solide pour développer un écosystème plus complexe d’innovation sociale.

Références