Birmingham (UK) - Construire un réseau de soutien pour une ville plus active

2019

Depuis 2002, Urbact est le programme de coopération territoriale européen visant à encourager le développement urbain intégré et durable dans les villes des États membres de l’Union européenne, de Norvège et de Suisse. Urbact est un instrument de la politique de cohésion, financé par le Feder (Fonds européen de développement régional) et les États membres.

Urbact est un programme européen d’échanges et d’apprentissage entre villes dont l’objectif est d’élaborer des solutions pour faire face aux grands enjeux urbains. Par la mise en réseau des villes européennes, le renforcement des compétences et la capitalisation des bonnes pratiques, il soutient les décideurs publics et les acteurs de terrain, pour faire émerger des solutions durables intégrant les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement urbain.

Faisant suite aux programmes Urbact I et II, Urbact III continue de promouvoir le développement urbain intégré et durable et contribue aux objectifs de la stratégie Europe 2020.

À télécharger : urbact-citystories-birmingham.pdf (1,2 Mio)

La collaboration au sein du réseau URBACT VITAL CITIES a aidé Birmingham à mieux fournir des services pour améliorer la santé des citoyens dans les quartiers défavorisés.

Birmingham est la deuxième plus grande ville du Royaume-Uni - et sa population augmente. Son financement a cependant diminué ; depuis 2010, Birmingham a perdu 590 millions de livres sterling (environ 660 millions d’euros) de son budget. Lorsque Birmingham a rejoint le réseau VITAL CITIES, l’objectif était de mieux utiliser les services d’activité physique de la ville afin d’accroître l’inclusion sociale et l’égalité en matière de santé. Birmingham souhaitait surveiller systématiquement l’activité physique afin d’identifier les lacunes et de rassembler des preuves pour montrer quels équipements et programmes avaient besoin d’être financés. Des campagnes menées par le conseil municipal pour une participation inclusive à l’activité physique étaient déjà en cours : Les campagnes menées par le conseil municipal en faveur de la participation de tous à l’activité physique étaient déjà en cours : « Big Birmingham Bikes » fournit des milliers de vélos gratuits dans les zones défavorisées, tandis que « Active Parks » propose des activités gratuites telles que la zumba et le tai-chi dans les espaces verts de la ville, dont 114 000 personnes ont bénéficié depuis 2014, dont plus de la moitié dans les zones les plus défavorisées de Birmingham. Le succès de ces initiatives a montré aux pairs de Birmingham dans les VILLES VITALES qu’au lieu de dépenser des sommes importantes pour de nouvelles installations, ils pouvaient mobiliser et inclure les citoyens en organisant des activités gratuites dans les espaces verts existants. « Cette pratique a été repérée comme une action à gain rapide et toutes les autres villes partenaires ont été encouragées à la reproduire, comme une pratique de transfert », explique Twan de Bruijn, expert principal du réseau VITAL CITIES. « Birmingham est un partenaire qui peut vraiment exprimer la valeur de l’échange transnational ».

Le « deep diving » a révélé de meilleures façons de saisir les données

Birmingham a entrepris une « plongée en profondeur », un outil utilisé par les partenaires de VITAL CITIES pour évaluer les politiques et les services relatifs à l’activité physique dans la ville et identifier les domaines à améliorer. Après une « auto-analyse » approfondie, comprenant un audit des services existants, Birmingham a accueilli une visite d’évaluation par les pairs des villes partenaires, qui ont rejoint les acteurs locaux pour un atelier de deux jours. Ensemble, les partenaires de VITAL CITIES ont analysé comment exploiter la technologie et la collecte de données - telles que l’inscription en ligne et la surveillance par GPS - pour mieux comprendre qui participe à l’activité physique dans la ville et identifier les obstacles pour ceux qui n’en font pas. « Les délégués en visite ont eu des idées très fortes », explique le Ravinder Bains du conseil municipal de Birmingham, « et nous ont donné la confiance nécessaire pour être forts dans notre désir d’élaborer une politique plus large pour s’attaquer aux communautés défavorisées et négligées de notre ville ». Soulignant le succès de l’événement, M. De Bruijn déclare : « Il a fonctionné comme un prototype interactif, semblable à un hackathon ». Grâce à ce retour d’information et à ces conseils exhaustifs, le conseil municipal de Birmingham a établi un plan intégré pour améliorer son approche de la saisie des données sur l’activité physique. Un autre résultat majeur d’URBACT est « The Active Wellbeing Society » (TAWS), une nouvelle société d’intérêt général qui donne du pouvoir et des moyens aux personnes des zones défavorisées grâce à des activités axées sur le bien-être. « Nous avions déjà le noyau de l’idée, mais VITAL CITIES a contribué à faire de TAWS une décision politique viable et politiquement acceptable », explique Steven Rose, directeur de TAWS pour Insight. « Cela a contribué à renforcer l’argument selon lequel il s’agit d’être actif physiquement et civiquement, et pas seulement de faire du sport pour les sportifs ». Les villes partenaires du réseau ont contribué à renforcer le soutien à la TAWS. Nous avons fait l’objet d’une évaluation internationale par des pairs qui a montré que notre approche était soutenue », ajoute M. Rose, « en nous disant, ainsi qu’à nos dirigeants politiques, qu’il s’agissait d’une « prochaine pratique » et qu’il fallait être courageux ». Quant à l’avenir, M. Bains déclare : « Nous espérons avoir le soutien de ce réseau pour interpeller les hommes politiques et les décideurs de Birmingham afin de garantir la poursuite d’une approche plus large de la pensée systémique, plutôt que de revenir à un fonctionnement en silo ».

Entretien avec Steven Rose, Insight Manager au sein de la société de bienfaisance « The Active Wellbeing Society » (TAWS)

En quoi VITAL CITIES était-il important pour Birmingham ?

VITAL CITIES a eu un effet et un impact profonds. Elle a créé un réseau d’objectifs communs dans l’ensemble du conseil municipal, de la planification et du transport à la santé et à l’environnement. Elle a contribué à ouvrir des portes qui étaient jusqu’alors fermées. Elle nous a également donné de nombreuses idées géniales ou simplement la confiance nécessaire pour poursuivre les nôtres, sachant qu’il existe un soutien des pairs. Certains des outils URBACT - comme la plongée en profondeur - sont vraiment formidables et nous les utilisons tout le temps dans le cadre de l’engagement communautaire ou des approches stratégiques. Le réseau de pairs dont nous faisons maintenant partie est également étonnant. On a l’impression de faire partie d’une communauté à but commun.

Quelle inspiration avez-vous tirée des villes partenaires ?

Elles nous ont donné confiance pour « nous rassurer/agir » sur le fait que nous étions sur la bonne voie. Le retour d’information honnête a été si précieux. Faire des plongées profondes à l’étranger et rapporter des leçons et des expériences à la maison, c’était tellement inspirant. Je cite souvent la bravoure de Liepāja (LV) pour avoir abordé la question des tensions avec les jeunes enfants défavorisés. Et ce matin, j’étais au téléphone avec Burgas (BG) pour préparer un projet sur le changement climatique et le bien-être !

Quels sont vos espoirs pour l’avenir ?

J’ai la ferme intention que TAWS soit le fer de lance du mouvement VITAL CITIES pour l’avenir. Je pense que c’est trop important pour ne pas le faire. Que nous puissions continuer à construire le réseau et à diffuser la pratique dans le réseau existant mais surtout au-delà. En bref, je recommande le programme URBACT à tout le monde. Si vous y participez avec les deux pieds, le cœur et l’esprit ouverts, ce sera exaltant et très gratifiant.

Références