Aarhus (DK) - Un plan social avec une nouvelle approche de l’aide aux demandeurs d’emploi

2019

Depuis 2002, Urbact est le programme de coopération territoriale européen visant à encourager le développement urbain intégré et durable dans les villes des États membres de l’Union européenne, de Norvège et de Suisse. Urbact est un instrument de la politique de cohésion, financé par le Feder (Fonds européen de développement régional) et les États membres.

Urbact est un programme européen d’échanges et d’apprentissage entre villes dont l’objectif est d’élaborer des solutions pour faire face aux grands enjeux urbains. Par la mise en réseau des villes européennes, le renforcement des compétences et la capitalisation des bonnes pratiques, il soutient les décideurs publics et les acteurs de terrain, pour faire émerger des solutions durables intégrant les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement urbain.

Faisant suite aux programmes Urbact I et II, Urbact III continue de promouvoir le développement urbain intégré et durable et contribue aux objectifs de la stratégie Europe 2020.

À télécharger : urbact-citystories-aarhus.pdf (1,7 Mio)

Un nouveau modèle de citoyenneté commence à prendre forme à Aarhus. Au milieu d’un débat intense sur la forme que cela pourrait prendre, la participation de la ville au réseau URBACT CHANGE! a été essentielle pour l’expérimentation.

Le pouvoir de la confiance

Avant de rejoindre URBACT, Aarhus a expérimenté un nouveau projet visant à recadrer la relation de la municipalité avec les demandeurs d’emploi de longue durée. Le projet « Les chômeurs de longue durée prennent la tête » a été testé par près de 100 personnes qui ont reçu chacune 6 700 euros pour les aider dans leur processus de recherche d’emploi. Contrairement au système existant, les bénéficiaires étaient libres de dépenser les fonds de la manière qu’ils jugeaient utile. « C’était une expérience très étrange », reconnaît Anne Marie Frederiksen, consultante municipale et l’une des conceptrices de l’initiative. En rejoignant URBACT, son équipe a mis à profit les connaissances des villes et des experts dans le cadre du projet « CHANGE ! En rejoignant URBACT, son équipe a mis à profit les connaissances des villes et des experts au sein du réseau " CHANGE ! « Eindhoven (NL) nous ont aidés à nous former sur la façon de mieux traiter avec les gens sur un plan personnel et nous avons beaucoup bénéficié des échanges de personnel avec eux. En conséquence, nos conseillers en emploi sont devenus moins des gestionnaires et plus des sparring-partners. Une évaluation complète est toujours en cours, mais les premiers résultats sont encourageants. Sur les 97 bénéficiaires, 32 sont maintenant sortis du système de prestations et plusieurs personnes ont trouvé un emploi stable. L’une des conclusions les plus surprenantes pour Mme Frederiksen et son équipe est le nombre de bénéficiaires qui ont utilisé les fonds pour lancer leur propre entreprise, « en tant que personnes du secteur public, nous ne nous attendions pas à cela, beaucoup de gens ont utilisé l’argent pour réaliser des rêves qu’ils avaient depuis longtemps. Nous avons des gens dans la mode, la technologie, la boulangerie et la réparation automobile, entre autres choses ». Etant donné l’impact potentiel pour l’économie locale et les individus qui la composent, l’initiative a été reconnue comme une bonne pratique URBACT en 2017. Elle est maintenant considérée comme un modèle à développer au Danemark, et a suscité de nombreuses discussions dans le cadre du projet « CHANGE! » .

Suite à cette expérience et aux discussions au sein du réseau, la ville d’Aarhus et son groupe local de parties prenantes (Groupe local URBACT) ont conçu un Plan d’action intégré pour les services publics. Organisés au niveau local, il s’agissait de « The Warm Welcome Society », un programme d’orientation pour les nouveaux arrivants dans la ville ; le « Rethink Activism Festival », dirigé par Paul Natorp, un activiste local et entrepreneur social, qui a donné de la visibilité à des acteurs comme ceux de « The Institut for X ». Si le Groupe local URBACT a été un pont entre les divisions de la ville, ce cadre a permis d’assurer que ces activités potentiellement disparates étaient unies dans le cadre d’une même ambition vers une citoyenneté collaborative. « Dans notre Groupe local URBACT, nous avons réussi à passer des mots à l’action », reflète Torben Glock, consultant spécial des services aux citoyens pour la municipalité et coordinateur du Groupe local URBACT. « Au vu du succès d’initiatives comme celles-ci, je pense que nous sommes prêts à prendre encore plus de risques ».

Lutter contre les silos grâce à URBACT  »

C’est l’une des raisons pour lesquelles nous nous sommes impliqués dans le réseau CHANGE !, comme un lieu de rencontre pour des personnes habituellement confinées dans des mondes différents. La municipalité et les citoyens sont des conditions préalables au développement de notre ville », explique Torben Glock. Paul Natorp avait des motivations similaires lorsqu’il a rejoint le réseau. Il dit : « Nous avons tellement d’interactions avec différentes parties de la municipalité, mais nous avons besoin d’une vision plus globale. Les différentes positions doivent être unifiées si nous voulons construire un écosystème de co-création ». La conception d’un plan d’action intégré pour les services de la ville au sein d’un groupe local aussi diversifié a été une étape concrète dans la mise en œuvre de cette philosophie. « Pour Aarhus, c’était particulièrement clair », déclare Ferenc Szigeti-Böröcz, expert principal du projet « CHANGE! « . « Plus que toute autre ville partenaire, ils ont utilisé le cadre de collaboration comme un moyen de structurer leur travail ».

Références