Energy Cities proposition 9 – Connaître le métabolisme de son territoire afin d’optimiser les potentiels locaux et réduire l’impact des activités humaines sur l’écosystème

Connaître les ressources et les flux de son territoire

2014

Energy Cities l’association européenne des autorités locales en transition énergétique

Energy Cities est un réseau de plus de 1 000 villes de 30 pays différents. Convaincu que la transition énergétique est plus qu’une question d’énergie renouvelable ou de technologies de pointe, Energy Cities propose d’utiliser les ressources de manière raisonnée, de renforcer la participation locale et d’améliorer la qualité de vie dans une Europe démocratique. En 2014, le réseau présente 30 propositions pour la Transition Energétique des Territoires.

Elles constituent une source d’inspiration pour penser et agir différemment. Pour enfin tourner la page de pratiques non soutenables qui nous emmènent dans des impasses énergétiques, climatiques et peut-être économiques et sociales.

Connaître le métabolisme de son territoire afin d’optimiser les potentiels locaux et réduire l’impact des activités humaines sur l’écosystème

Le problème à résoudre

L’empreinte écologique de l’humanité montre que trois planètes sont nécessaires pour satisfaire nos exigences en ressources. La biosphère n’est pas capable d’absorber ce que nous rejetons. C’est impossible ! Les Conférences internationales en font régulièrement le constat, ce qui donne lieu (ou non) à des politiques.

Cet état ne s’améliorera pas si on en reste à une “comptabilité générale” macro-économique. Une “comptabilité analytique” au niveau de chaque territoire est nécessaire pour connaître la façon dont les territoires mobilisent et transforment les ressources de la biosphère, consomment et transforment énergie, eau et matières. Cela est nécessaire également pour connaître les flux qui les traversent, ce qui s’y recycle.

A l’échelle de nos territoires, nous avons commencé à compter eau, déchets, puis énergie, émissions et rejets. Toutefois nous restons souvent aveugles sur les ressources, locales ou importées, que nous consommons. Nous ignorons ce qui circule, s’échange, s’échappe, se transforme, à l’intérieur de notre territoire. C’est ce que nous nommons le métabolisme territorial.

La proposition

Connaître le métabolisme de son territoire afin d’optimiser les potentiels locaux et réduire l’impact des activités humaines sur l’écosystème.

Il s’agit de mettre en place les systèmes d’information et de communication appropriés, qui permettront de localiser et quantifier les flux qui traversent le territoire. Cette connaissance permet de révéler des potentialités d’optimisation systémique entre les flux d’eau, d’énergie et de matière. Leurs synergies vont enrichir le territoire, réduire la prédation des ressources et l’impact sur la biosphère.

Les conditions du succès

  • Accorder de l’importance à l’impact des activités de son territoire sur l’écosystème : en amont pour les ressources, en aval pour les rejets et émissions.

  • Avoir l’intention de tirer parti des flux d’eau, d’énergie et de matières qui traversent le territoire pour doper l’économie locale.

  • Allouer les moyens humains, financiers et techniques permettant de tirer parti du métabolisme territorial, considéré comme une ressource.

Références

En savoir plus